Comment le meeting de Trump à Tulsa a été saboté par des utilisateurs de TikTok et des fans de K-Pop


Donald Trump annonçait près d’un million d’inscriptions… On retiendra finalement les images de centaines de rangées de sièges vides. Samedi 20 juin, le président américain n’est pas parvenu à attirer les foules à son meeting à Tulsa, dans l’Oklahoma, un Etat pourtant conservateur. Cet événement qui avait fait polémique, devait redonner un second souffle à la campagne de Donald Trump, à quatre mois de l’élection présidentielle américaine.

Le lourd héritage de Tulsa, où Trump fait son meeting : le massacre racial de 1921

6 200 spectateurs étaient présents pendant ce meeting selon les pompiers de Tulsa contre 12 000 d’après le comptage de l’équipe de campagne du Président. La capacité totale du stade de BOK Center étant de 20 000 personnes. Le grand écran prévu pour ceux qui ne pourraient pas rentrer a même été démonté pendant le meeting, faute de monde.

Covid-19 et mort de George Floyd : « la génération Z » est celle du double choc

La raison de cet échec ? Les fans de K-Pop (pop sud coréenne) et des utilisateurs du réseau social TikTok revendiquent une attaque numérique. De son côté, Donald Trump a attribué la faible affluence de son meeting aux « manifestants radicaux » et à une « couverture médiatique apocalyptique ».

« Vous avez été ébranlé par des ados sur TikTok »

Des utilisateurs du réseau social TikTok ainsi que des fans de groupes de musique K-Pop (musique pop sud-coréenne) affirment avoir réservé en ligne des dizaines de milliers de tickets pour le meeting de Tulsa, afin de ne pas s’y rendre.

Cette campagne de « trolling » a débuté le 11 juin, après un tweet du compte officiel de la campagne de Donald Trump, appelant les militants à s’inscrire pour des billets gratuits via leur téléphone, d’après le « New York Times ». La tendance s’est rapidement propagée sur TikTok et sur Twitter, où certaines vidéos ont même été visionnées plus de 250 000 fois, comme le rapporte CNN.

D’après le « New York Times », de nombreux utilisateurs ont supprimé leurs messages au bout de 24 à 48 heures afin que l’équipe de compagne de Donald Trump ne soit pas au courant de leur plan.

De retour en meeting, Trump ne fait pas le plein à Tulsa

Le président américain est depuis devenu la risée des réseaux sociaux, jusqu’à la députée démocrate Alexandria Ocasio-Cortez, proche de Bernie Sanders, qui y est allée de sa moquerie :

« Vous avez juste été ébranlé par des adolescents sur TikTok qui ont inondé la campagne Trump avec de fausses réservations de billets et vous ont fait croire qu’un million de personnes voulaient entendre votre discours suprémaciste blanc », a écrit la députée sur Twitter.

Les fans de K-Pop au soutien de « Black Lives Matter »

Ce n’est pas la première fois que les fans de K-Pop mettent en place une campagne d’attaque numérique. Selon nos confrères du « Monde », ils auraient participé à rendre virale la vidéo du collectif Anonymous dans laquelle les activistes menacent la police de Minneapolis.

BTS, le boys band superstar de la K-pop coréenne qui remplit le Stade de France

Ils seraient également à l’origine du crash de l’application de la police de Dallas, créée afin que les citoyens puissent leur envoyer des vidéos d’activités illégales pendant les manifestations « Black Lives Matter ».

Ils ont enfin récemment saboté le hashtag #WhiteLivesMatter sur Twitter, en partageant en masse des photographies, des vidéos et montages de leurs artistes préférés afin de noyer le flux de publications racistes.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire