Le Box-office des films français dans le monde en mai 2020



Tomboy © 2011 Hold Up Films / Pyramide Films Tous droits réservés

En France, les salles obscures rouvriront enfin leurs portes d’ici quelques heures. Youpi, donc tous au cinéma dès demain ! A l’étranger, la situation est beaucoup plus confuse. Dans les rares pays où l’exploitation cinématographique fonctionne tant bien que mal en dépit de la crise sanitaire, les aléas des systèmes fédéraux, comme en Allemagne ou aux États-Unis, font que la fréquentation tourne au mieux au ralenti. Les chiffres sur la recette des films français dans le monde au cours du mois dernier, communiqués avant-hier par Unifrance, s’en ressentent forcément. Il est par conséquent préférable de les prendre comme le signe très timide que les affaires reprennent doucement un peu partout sur la planète qu’en tant que reflet fidèle des préférences de la part des spectateurs étrangers pour tel ou tel type de film français.

21 000 et 3 000 000 de spectateurs. Ce sont les deux extrêmes entre lesquels le cumul des tickets achetés pour un film français à l’étranger en mai 2020 se niche à peu près honteusement. Car grâce au 174 000 entrées totalisées pendant cette période mensuelle, il fait huit fois mieux que les misérables 21 000 du mois d’avril, quoique près de dix-sept fois moins bien qu’en mai 2019, en temps normal ! Des résultats en demi-teinte, pour rester optimiste, qui sont avant tout dus au nombre réduit de pays ayant osé rouvrir leurs cinémas au cours du mois de mai. En plus de ceux qui ne les avaient jamais fermés, la Suède, la Corée du Sud et Taïwan, on compte désormais quinze autres pays sur la liste des reprises, dont l’Allemagne, le Japon, l’Australie, les Pays-Bas et Hong Kong.

Contempler la liste des dix films français les mieux classés s’apparente à une formidable cure de nostalgie, de retour vers une époque où l’industrie du cinéma international tournait à plein régime. Un seul des films sortira en effet très prochainement, c’est-à-dire demain, dans les salles françaises, le documentaire Le Capital au XXIe siècle de Justin Pemberton, tandis qu’il faudra remonter très loin en arrière, jusqu’en avril 2011, pour la date de sortie nationale de Tomboy de Céline Sciamma. Le succès du dernier film de la réalisatrice, Portrait de la jeune fille en feu et ses 1 380 918 entrées à l’étranger, a incité un distributeur sud-coréen à sortir pour la première fois son deuxième long-métrage dans son pays. Une initiative en guise de renvoi d’ascenseur, beaucoup de films asiatiques de cinéastes reconnus sur le tard en occident ayant tendance à sortir dans le désordre chez nous, qui permet au film de se classer à la cinquième place des meilleures entrées en Corée du Sud la semaine de sa sortie.

Pour le reste, on y retrouve des films qui ont déjà globalement bien marché en France, il y a plus ou moins longtemps. Ainsi, La Belle époque de Nicolas Bedos avait quitté le classement français des meilleures entrées fin novembre après quatre semaines à l’affiche et un cumul de près de 1 200 000 spectateurs. Visiblement apprécié par le public international, Daniel Auteuil est de même à l’affiche de Rémi sans famille de Antoine Blossier, le champion un peu faiblard de la saison de Noël 2018/19 en France et ses près de 800 000 entrées. Sinon, ce sont en général des comédies avec des acteurs bien connus qui remplissent modestement les salles : Michel Blanc dans Docteur ? de Tristan Séguéla, Fabrice Luchini dans Le Meilleur reste à venir de Matthieu Delaporte et Alexandre De La Patellière et Kad Merad dans Une belle équipe de Mohamed Hamidi.

A signaler enfin l’apparition, plutôt anecdotique, du film de genre Revenge de Coralie Fargeat, disparu sans tambour ni trompette des écrans français depuis plus de deux ans déjà. Et le petit triomphe de Les Misérables de Ladj Ly à Hong Kong où, climat tendu de contestation populaire oblige, il réalise le meilleur démarrage pour un film français depuis le coup double en 2012 de Intouchables de Eric Toledano et Olivier Nakache et The Artist de Michel Hazanavicius !

Le Top 10 des productions françaises à l’étranger en mai 2020

  1. La Belle époque – 53 351 entrées / 842 808 cumul – distribué dans 5 pays sur 496 écrans
  2. Tomboy – 28 575 entrées / 250 798 cumul – distribué dans 1 pays sur 361 écrans
  3. Les Misérables – 27 678 entrées / 524 966 cumul – distribué dans 4 pays sur 35 copies
  4. Docteur ? – 15 711 entrées / 57 851 cumul – distribué dans 1 pays sur 35 écrans
  5. Le Capital au XXIe siècle – 5 537 entrées / 32 572 cumul – distribué dans 1 pays sur 47 écrans

6. Deux moi – 5 210 entrées / 121 978 cumul – distribué dans 2 pays sur 46 écrans

7. Revenge – 4 818 entrées / 288 105 cumul – distribué dans 2 pays sur 144 écrans

8. Rémi sans famille – 3 595 entrées / 278 756 cumul – distribué dans 1 pays sur 168 écrans

9. Le Meilleur reste à venir – 2 462 entrées / 148 606 cumul – distribué dans 1 pays sur 30 écrans

10. Une belle équipe – 1 484 entrées / 8 424 cumul – distribué dans 1 pays sur 57 écrans



Critique film

A lire aussi

Laisser un commentaire