Traumatisé par la mort de George Floyd, cet enfant noir de 10 ans se cache en voyant la police


Eliah a dix ans. Il vit dans un quartier aisé de Trumbull, dans le Connecticut. Devant la maison, le gamin joue tranquillement au basket. Mais quand un véhicule de police approche, il s’arrête et se sache derrière la voiture familiale. Une fois la police passée, Eliah reprend son jeu, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessous.

Cette scène, filmée et publiée sur les réseaux sociaux, a bouleversé Stacey Pierre-Louis, ébranlant toute ses certitudes.

Lorsqu’il a demandé à son fils pourquoi il s’était caché, Eliah a répondu :« Parce qu’ils ont tué George Floyd. »

Parce qu’il est Noir, Eliah a intégré l’idée qu’il devait se méfier de la police, même s’il ne faisait rien de mal.

Spike Lee : « Les Etats-Unis se sont bâtis sur l’assassinat des Noirs »

Une peur viscérale

Stacey Pierre-Louis réalise que, même dans un milieu aisé, grandir noir aux Etats-Unis signifie « craindre les policiers plutôt que de les admirer ». Et même si les parents ne lui ont jamais dit de mal de la police, cette peur est là, viscérale.

Avec la mort de George Floyd, le père ne sait plus aujourd’hui que dire à Eliah : lui apprendre à ne plus avoir peur ?

Pourquoi la mort de George Floyd réveille enfin l’Amérique

« Au fond, je ne sais pas si c’est vrai. Peut-être vaut-il mieux rester à l’écart », se demande Stacey Pierre-Louis. Son expérience nourrit le débat en cours aux Etats-Unis, où de nombreuses voix s’élèvent pour demander une réforme des forces de l’ordre.

Violences policières disproportionnées

Sous la pression de la rue, les initiatives se multiplient au niveau local, à Washington et même à l’ONU, pour s’attaquer aux violences policières qui visent de manière disproportionnée la population afro-américaine.

Après un timide décret du président Donald Trump, les sénateurs républicains ont présenté mercredi un projet de loi qui s’attaque aux « clés d’étranglement » et à la formation des agents de police, sans toucher à la large immunité dont ils bénéficient depuis des années.

Pourquoi il faut lire le « Journal d’une femme noire » de Kathleen Collins

Or l’absence de poursuites contre les policiers en cas d’abus de leur force est l’un des principaux griefs mis en avant par les foules qui manifestent dans tous les Etats-Unis depuis qu’un policier blanc a asphyxié George Floyd, un quadragénaire noir, le 25 mai à Minneapolis.

EXCLUSIF. L’appel d’Omar Sy : « Réveillons-nous. Ayons le courage de dénoncer les violences policières en France »

Alors que les cortèges commençaient à s’amenuiser, un nouveau drame, survenu vendredi soir à Atlanta, la grande ville du Sud, a ravivé la colère : Rayshard Brooks, un père de famille noir âgé de 27 ans, a été tué de deux balles dans le dos par un agent blanc qui voulait l’arrêter pour ébriété sur la voie publique.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire