La Bourse de Paris finit en baisse de 0,75% à 4.958,75 points


La Bourse de Paris a terminé en baisse de 0,75% jeudi dans une séance d’attente, où les incertitudes liées à la situation sanitaire ont cette fois pris le pas sur les effets des politiques de soutien.

L’indice CAC 40 a perdu 37,2 points à 4.958,75 points. Il a presque effacé tous ses gains de la veille, quand il avait progressé de 0,88%.

« Chaque fois qu’on est dans le rouge, cela signifie que la crise sanitaire prend le dessus » dans les perspectives du marché, explique auprès de l’AFP Lara Nguyen, experte en investissements financiers au sein de Milleis Banque.

Les marchés n’ont pas été rassurés par l’assurance de l’épidémiologiste en chef du Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) Wu Zunyou sur le fait que l’épidémie à Pékin était « sous contrôle ».

Le ministère chinois de la Santé a fait état de 21 malades supplémentaires au cours des 24 dernières heures dans la ville de 21 millions d’habitants, portant à 158 le nombre de cas recensés depuis la semaine dernière. La municipalité a appelé ses habitants à éviter les voyages « non essentiels » et a considérablement réduit les liaisons aériennes.

Les inquiétudes sur l’évolution de la pandémie restent vives dans plusieurs endroits de la planète, dont l’Asie du Sud-Est, l’Inde et même les États-Unis, où 20.000 nouveaux cas continuent d’être dépistés chaque jour.

Ces nouvelles ont pris le pas sur les injections de nouvelles liquidités par les banques centrales qui avaient dominé les deux séances précédentes et guidé la remontée des cours début juin.

Encore jeudi, la Banque d’Angleterre a décidé d’augmenter son programme de rachat d’actifs de 100 milliards de livres, ce qui le porte à 745 milliards, tout en maintenant son taux directeur à 0,1%, un plancher historique.

Les publications du jour aux États-Unis n’ont pas permis de se faire une idée plus précise sur la rapidité de la reprise.

Les nouvelles demandes hebdomadaires d’allocations chômage se sont élevées à 1,5 million la semaine dernière, un nombre plus élevé que les prédictions des analystes (1,35 million).

En revanche, l’activité manufacturière de la région de Philadelphie (nord-est des États-Unis) est repassée dans le vert en juin grâce à la réouverture de l’économie, selon l’indice de l’antenne locale de la Fed.

Sur le plan des valeurs, STMicroelectronics a affiché la plus forte hausse du CAC avec 1,54% à 24,37 euros, porté par une note d’analystes positive quant au secteur des semi-conducteurs.

Fnac Darty est monté de 1,56% à 35,34 euros, les investisseurs accueillant très favorablement le redémarrage de l’activité à la faveur du déconfinement et la bonne tenue des activités en ligne pendant la crise même si cette dernière a coûté 400 millions d’euros de chiffre d’affaires au distributeur.

Rémy Cointreau a profité (+2,29% à 120,60 euros) du relèvement de sa recommandation à « surpondérer » par Barclays.

A l’inverse, ArcelorMittal a perdu 5,75% à 9,39 euros.



challenges

A lire aussi

Laisser un commentaire