des procurations irrégulières établies dans un Ehpad de Marseille


Alors que des soupçons de fraude à la procuration entachent déjà la course à l’élection à Marseille, un nouveau scandale vient d’éclater dans la cité phocéenne. Des procurations ont été établies pour des résidents d’un Ehpad au premier tour des municipales sans contrôle d’identité, ce qui les rend irrégulières, selon des informations de France 2, diffusées mercredi 17 juin. Les personnes âgées ne connaîtraient pas les personnes qui ont voté pour elles.

Toulouse, Lyon, Marseille, Annecy, Nancy… Ces villes qui peuvent basculer aux municipales

Ainsi, plus de 50 procurations ont été établies, rapportent les journalistes. Lors du premier tour, dans un procès-verbal consulté par nos confrères, les assesseurs du bureau de vote s’étaient étonnés que, pour les procurations de ces personnes âgées, « les représentants, trop souvent, ne connaissent pas le nom des personnes qu’ils représentent ».

Des résidents parfois atteints de maladies dégénératives

France 2 a ensuite rencontré les proches de onze de ces résidents, dont plusieurs sont atteints d’Alzheimer ou d’autres maladies dégénératives. Tous ignoraient que ces procurations, également valables pour le second tour, avaient été établies, et ils ne connaissent pas les personnes qui ont voté à la place des résidents. Certains assurent par ailleurs qu’une procuration n’aurait pas pu être établie de manière régulière, puisque la carte d’identité de leur proche en Ehpad est en leur possession.

La direction de l’établissement tombe elle aussi des nues. « Aucune action n’a été entreprise par la direction en place pour organiser le vote par procuration des résidents […], explique-t-elle auprès de France 2. Nous n’avons fourni aucune copie de documents personnels d’identité pour la mise en place de procurations. Si toutefois un acte malveillant était avéré à l’encontre […] d’un de nos résidents, nous nous porterions naturellement partie civile. »

A Marseille, ce printemps qui réveille la gauche

Dans un communiqué mercredi soir cité par 20 Minutes, le candidat du Printemps Marseillais dans les 11e et 12e arrondissements de Marseille Yannick Ohanessian soupçonne sans la nommer la droite, qu’il accuse d’avoir « abusé de la faiblesse de leurs aînés » après avoir « largement sali l’image de notre ville ».

« Bien sûr, les journalistes n’ont pas encore trouvé quels candidats étaient les responsables de cette ignominie. Mais les regards se tournent vers la candidate dont les locaux de campagne ont été perquisitionnés », lance de son côté le candidat RN Stéphane Ravier, en faisant allusion à la candidate LR Martine Vassal.

Soupçons de fraude de la part de candidates LR

Sans lien a priori avec ces nouvelles révélations, l’hebdomadaire « Marianne » et le journal télévisé de France 2 ont révélé jeudi dernier que deux candidates présentes sur des listes de Martine Vassal proposaient des « procurations simplifiées », sans avoir à se déplacer, « juste par téléphone », ce qui est interdit par la loi. Une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet et le local de campagne de Martine Vassal a été perquisitionné samedi matin.

A Marseille, Martine Vassal fait campagne par tous les moyens

« Il y a une enquête, j’ai laissé les policiers faire leur travail sans aucun problème, mais moi, ce que je veux, c’est qu’ils regardent partout, dans toutes les listes et que ce ne soit pas uniquement ciblé sur ma candidature », avait déclaré Martine Vassal mardi auprès l’AFP, assurant ne pas être « une tricheuse ».





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire