des familles de victimes portent plainte contre X


« On m’a arraché mon père donc il me faut une fin pour passer à autre chose, me construire, avoir un avenir et me dire que mon père n’est pas mort pour rien », pleure Firouze Belhachemi. Son père, Ghaouti Belhachemi, est mort le 1er avril à 75 ans dans un Ehpad. Hermine Mokiejewki, 96 ans, est, elle aussi, décédée le 2 avril dans un établissement hospitalier pour personnes âgées dépendantes. « Ma grand-mère était en super forme. On était persuadé qu’elle allait être centenaire« , témoigne pour franceinfo sa petite-fille. 

« J’ai alerté en disant que c’était sans doute le Covid-19. On m’a assuré que ça ne pouvait pas être le coronavirus, qu’il n’y avait aucun cas. Et on m’a répondu que c’était sans doute qu’elle déprimait parce qu’elle était seule et qu’elle ne prenait pas assez le soleil« . « On vous ment délibérément, on vous dit qu’il n’y a pas de cas de Covid alors qu’il y en a », déplore Olivia Mokiejewki, scandalisée.

Catherine Boulak, 52 ans, est décédée le 24 avril. Elle était aide-soignante dans un Ehpad. « Ma sœur a contracté le virus dans le cadre de son travail par manque de protection », raconte Laurence Boulak. Ses collègues ont demandé à plusieurs reprises de pouvoir utiliser des masques. « Une fois, on leur a répondu que c’était hors de question d’arriver dans les chambres des résidents avec des masques pour ne pas créer la psychose », se souvient sa sœur.

Comme ces personnes endeuillées, d’autres familles ont porté plainte contre X parce qu’elles estiment que les mesures barrières contre le coronavirus n’étaient pas respectées dans les Ehpad.



francetvinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire