Esclavage, colonialisme… La responsable de l’ONU Michelle Bachelet plaide pour des « réparations »


Un débat urgent et exceptionnel. Le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU à Genève s’est réuni ce mercredi 17 juin autour de la question brûlante du racisme et des violences policières, à la demande des pays africains qui exigent la lumière sur le « racisme systémique », notamment aux Etats-Unis.

De hauts responsables onusiens, ainsi que le frère de George Floyd, ont dénoncé avec force les violences et les discriminations subies « depuis des siècles » par les Africains et personnes d’origine africaine aux Etats-Unis et ailleurs dans le monde.

L’heure de la révolte face aux violences policières

A l’ouverture du débat à Genève, la Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme, la Chilienne Michelle Bachelet, a dénoncé « la violence raciale, le racisme systémique et les pratiques policières discriminatoires d’aujourd’hui », déplorant « l’incapacité à reconnaître et à affronter l’héritage de la traite des esclaves et du colonialisme ».« Nous devons faire amende honorable pour des siècles de violence et de discrimination, au travers notamment d’excuses officielles, de processus de vérité et des réparations sous diverses formes », a indiqué l’ancienne présidente du Chili.

Le frère de George Floyd appelle l’ONU à l’aide

Le débat, qui devrait se poursuivre jeudi 18 juin, a lieu dans le contexte d’un mouvement historique qui secoue les Etats-Unis et le monde depuis la mort, le 25 mai à Minneapolis (Minnesota), de George Floyd, un quadragénaire noir asphyxié par un policier blanc.

Pourquoi la mort de George Floyd réveille enfin l’Amérique

Son frère, Philonise Floyd, s’est d’ailleurs adressé au Conseil des droits de l’Homme de l’ONU et a demandé la mise en place d’« une commission d’enquête indépendante chargée d’enquêter sur les meurtres de Noirs par la police en Amérique et sur la violence utilisée contre les manifestants ».

« Vous avez vu mon frère mourir et la triste vérité, c’est que ce n’est pas un cas unique. Je vous demande de m’aider, de nous aider, les Américains noirs », a imploré Philonise Floyd dans un message vidéo.

Le Conseil doit se prononcer sur le projet de résolution présenté par les pays africains à l’origine de cette réunion. Dans sa version initiale, le texte réclamait, comme Philonise Floyd, l’établissement d’une commission d’enquête internationale indépendante. Mais dans une nouvelle mouture du texte, ils se contentent de demander à Michelle Bachelet « d’établir les faits et les circonstances relatives au racisme systémique, aux violations présumées du droit international en matière de droits de l’Homme et les mauvais traitements contre les Africains et les personnes d’origine africaine ».





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire