Hidalgo veut limiter le périphérique à 50 km/h (et permettre la traversée de piétons et de vélos)


Un périphérique « apaisé », limité à 50 km/h et partagé entre voitures, bus, vélos et piétons ? C’est une des promesses de campagne d’Anne Hidalgo pour les municipales, annoncée dans le « Manifeste pour Paris », présenté ce mardi 16 juin. Le programme, élaboré dans le cadre de l’alliance entre la maire sortante et les Verts pour le second tour des municipales, contient ses propositions pour Paris après la crise du coronavirus.

« Nous transformerons le deux fois quatre voies du boulevard périphérique en un boulevard urbain apaisé » argue le manifeste, afin d’« effacer cette frontière d’un autre âge ».

Quelle efficacité ?

Le programme commun prévoit ainsi de baisser la vitesse maximale à 50 km/h sur les voies et de « créer une voie réservée aux transports partagés (bus, navettes, taxis, covoiturage) pour progressivement réduire le nombre de voies de circulation, donner plus de place à la nature, et donner la possibilité de traverser à pied ou à vélo ».

Pour autant, cet abaissement de 20 km/h n’aura « probablement » pas d’effet positif sur la santé des Parisiens ni sur la qualité de l’air à Paris, selon l’expert Jean-Baptiste Renard, directeur de recherche au CNRS. « Cela va aider un peu, si cela fluidifie le trafic aux heures de grandes circulations. Ce qu’il faudrait vraiment faire c’est d’arrêter toutes les voitures dans Paris » expliquait-il à l’Obs en mai 2019.

30 km/h maximum dans les rues de Paris

Si elle est réélue, Anne Hidalgo s’engage à repenser les mobilités dans la ville de Paris. « Nous limiterons la vitesse dans Paris à 30 km/h car c’est surtout la nuit que cette vitesse est dépassée et qu’elle cause le plus de nuisances sonores, avec des conséquences pour la santé du fait des insomnies qu’elle provoque » peut-on lire dans le manifeste.

Si la plupart des rues seront limitées à 30 km/h, pour certains grands axes, la limite sera fixée à 50 km/h, comme sur les Champs-Élysées, le boulevard Sébastopol ou les boulevards des maréchaux.

Déconfinement : comment éviter le retour des embouteillages à Paris ?

Ce projet d’abaisser la vitesse maximale dans les rues de Paris a commencé il y a quelques années, mais au cas par cas. En effet, aujourd’hui, la carte des « zones 30 » est assez confuse : la vitesse est limitée à 30 km/h dans la quasi-totalité des rues des arrondissements de l’est comme le 11e ou le 12e, mais reste par exemple à 50 km/h dans les rues du 16e et du 17e.

Réduire la place de la voiture

La maire socialiste sortante entend également « favoriser les mobilités douces », « réduire la place de la voiture » et « restituer l’espace public aux piétons ». Pour ce faire, la pérennisation des 50 kilomètres de pistes cyclables, créés au sortir du confinement afin de désengorger les transports en commun et d’éviter le recours à la voiture, « sera soumise à une concertation ».

Cinq tendances urbaines que le confinement a révélées

Afin de traverser le Grand Paris à vélo, Anne Hidalgo s’engage à mener à bien le projet de « Vélopolitain », un réseau de grandes lignes qui maille la ville et rend possible des déplacements rapides d’un bout à l’autre de la capitale, dont la première ligne avait été inaugurée en décembre dernier.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire