Après l’allocution de Macron, des policiers manifestent au Trocadéro, à Paris


Gyrophares bleus allumés, sirènes hurlantes : quelques centaines de policiers se sont rassemblés dimanche 14 juin au soir, à Paris, sur l’esplanade du Trocadéro, pour protester contre les dernières annonces gouvernementales, quelques heures après l’allocution d’Emmanuel Macron.

Les pirouettes d’un acrobate

« Nous ne sommes pas du tout rassurés par le discours de ce soir, au contraire. Nous, ce que l’on veut c’est du concret et surtout, on veut que le ministre de l’Intérieur fasse machine arrière » sur les annonces de lundi, a expliqué à l’AFP un policier venu avec deux coéquipiers mais qui tient à rester anonyme.

« Se faire lâcher par son patron, c’est quand même terrible ! On a l’impression que c’est la rue qui commande et nous, on se sent complètement abandonnés », a renchéri une autre policière en uniforme qui a souhaité, elle aussi, garder l’anonymat. Elle se dit prête à revenir tous les soirs « s’il le faut ».

Les policiers « méritent la reconnaissance de la Nation »

Plusieurs policiers ont déposé leurs menottes à terre en signe de protestation, malgré les déclarations quelques heures plus tôt du président de la République qui a assuré que les policiers et gendarmes « méritent le soutien de la puissance publique et la reconnaissance de la Nation ».

« Sans ordre républicain, il n’y a ni sécurité, ni liberté, a déclaré le président de la République. Cet ordre, ce sont les policiers et gendarmes sur notre sol qui l’assurent. » Ajoutant : « Ils sont exposés à des risques quotidiens en notre nom. »

Coût exorbitant, dangers… pourquoi augmenter l’équipement en Taser risque de fâcher tout le monde

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, a reçu vendredi les syndicats policiers, très remontés depuis ses annonces de lundi, notamment sur la fin de l’utilisation de la technique d’interpellation dite « d’étranglement ».

Devant les syndicalistes, Christophe Castaner avait reconnu en outre « une connerie », « une maladresse » de langage, quand il a annoncé lundi la suspension de tout fonctionnaire en cas de « soupçon avéré » de racisme, selon les syndicalistes. Le syndicat Alliance demande à être reçu par le président de la République et attend « des actes forts », assurant « maintenir les mobilisations ».





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire