deux colistières d’une candidate LR proposent des procurations illégales


Du rififi dans la cité phocéenne. Selon une enquête de France 2 et de « Marianne », deux colistières de Martine Vassal, candidate LR à la mairie de Marseille, ont proposé par SMS des procurations « simplifiées » à leurs électeurs, sans avoir besoin de se déplacer au commissariat. Problème : c’est illégal.

Une pratique contraire à la loi

Comme le rapportent nos confrères, depuis fin mai, des habitants de la ville ont ainsi reçu par téléphone un message d’une des colistières, qui précisait : « Chers amis, […] Si certains d’entre vous souhaitent nous soutenir en votant mais ne peuvent ou ne veulent pas se déplacer […] je peux prendre votre procuration de façon simplifiée (sans vous déplacer juste par téléphone) […] et je m’occupe de tout ! ». Pour ce faire, la colistière demandait notamment aux électeurs de lui fournir une copie de leur carte d’identité.

Des candidats aux municipales à Marseille portent plainte : « On a été jetés en pâture face au virus »

Une pratique contraire à la loi, qui impose à l’électeur de « se présenter en personne dans un commissariat, une gendarmerie ou un tribunal, avec un justificatif d’identité admis pour pouvoir voter (carte nationale d’identité, passeport ou permis de conduire) » selon le site servicepublic.fr.

Interrogée par l’AFP, lors d’une manifestation policière à laquelle elle apportait son soutien ce vendredi 12 juin, Martine Vassal a fustigé « des Parisiens [qui] essayent de créer une polémique qui n’existe pas ici ». Dans un communiqué, la candidate a toutefois assuré que « si ces faits sont avérés, ils sont inacceptables ».

Une tentative d’infraction « a été constatée »

La bataille pour la mairie de Marseille est très serrée. La candidate de l’union de la gauche, Michèle Rubirola a créé la surprise en arrivant en tête au premier tour des élections municipales, devançant Martine Vassal, l’héritière de Jean-Claude Gaudin, maire de la deuxième ville de France pendant vingt-cinq ans.

Michèle Rubirola, qui se présente sous une liste baptisée Printemps marseillais regroupant PS, PC, certains « insoumis » et les Verts d’EELV, s’est dite « scandalisée par des pratiques d’un passé » qu’elle « refuse ». Stéphane Ravier, sénateur et candidat du Rassemblement national, a demandé « au préfet de police de procéder en urgence à une enquête interne pour identifier et sanctionner l’officier de police judiciaire qui se serait rendu coupable de ces actes ». « Il va de soi que toutes les procurations portant son visa et son “poinçonnage” devront être annulées », ajoute-t-il.

A Marseille, ce printemps qui réveille la gauche

Interrogée par l’AFP, une source policière a indiqué à l’AFP qu’« une tentative d’infraction a été constatée » sur Marseille, mais « désamorcée », rappelant que « les commissariats ont été sensibilisés aux règles en matière de procuration ». La procureure de la République de Marseille a indiqué à l’AFP « ne pas avoir d’éléments » sur cette affaire.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire