Comité Adama Vs SOS Racisme : la querelle des antiracistes



C’est une vieille querelle qui revient sur le devant de la scène. A la faveur des rassemblements contre le racisme et les violences policières qui se multiplient en France, les divisions du mouvement antiraciste éclatent de nouveau. C’est une fracture aussi bien politique que générationnelle et idéologique. Depuis la mort de George Floyd, cet afro-américain de 46 ans asphyxié sous le genou d’un policier blanc, c’est le comité Adama qui a été en France le plus prompt à mobiliser sur l’émotion planétaire. En rassemblant le 2 juin près 20 000 personnes devant le tribunal de grande instance de Paris, Assa Traoré et ses proches ont marqué les esprits et donné une résonance médiatique à leur combat pour la vérité dans l’affaire Adama et contre les violences policières. Dans la foule compacte, jeune et métissée, des jeunes issus des quartiers, quelques célébrités comme l’actrice Adèle Haenel, des compagnons de route et des politiques venus en leur nom, comme les députés Insoumis Clémentine Autain et Eric Coquerel ou encore la sénatrice écologiste Esther Benbassa.

Omar Sy : « Les violences policières sont l’affaire de tous »

Une semaine plus tard, ce mardi 9 juin, l’ambiance est tout autre place de la République, à Paris. A l’appel de SOS racisme, ils ne sont que près de 5 000 à rendre hommage à George Floyd, enterré au même moment outre-Atlantique. Le public est plus âgé, le ton moins radical. Cette fois, tous les dirigeants de gauche sont présents et les drapeaux des organisations de