Amiri, record de capes et cap à franchir



  • Zohib Islam Amiri est l’international afghan le plus capé
  • Le défenseur affiche une ancienneté de 15 ans en équipe nationale
  • Il espère aider son équipe à décrocher sa première qualification pour la Coupe d’Asie de l’AFC

En mars 2005, Zohib Islam Amiri et ses parents, alors réfugiés au Pakistan, sont revenus à Kaboul à l’occasion du mariage d’un cousin. À l’époque, l’adolescent de 15 ans ne sait pas encore que cet événement va changer sa vie. « Je m’en souviens comme si c’était hier », confie à FIFA.com le défenseur aujourd’hui trentenaire de l’Afghanistan et du Gokulam Kerala FC. « L’entraîneur de mon cousin, qui jouait dans un club local, le Shoa FC, assistait également au mariage. Après m’avoir vu échanger quelques ballons avec mon cousin, il m’a proposé de rejoindre son équipe. C’est comme cela que j’ai entamé ma carrière. »

Il n’était pas au bout de ses surprises. « Le club m’a attribué le maillot numéro 9 pour mon premier match », poursuit-il. « Des membres du staff de l’équipe nationale étaient présents. Après la rencontre, ils m’ont convoqué à un stage de la sélection. Ce n’était pas facile pour un jeune de 15 ans comme moi de se mesurer aux seniors, mais j’ai travaillé dur. J’ai eu la chance d’être retenu tout d’abord dans la liste des 30, puis des 23 joueurs sélectionnés. »

Amiri a ainsi concrétisé une ambition née sous, et malgré, le régime taliban. « À l’époque, il n’y avait aucune activité récréative et nous n’avions même pas le droit de regarder la télé », se souvient-il. « Tout ce que je pouvais faire, c’était aller voir les matches au stade. C’était une période difficile. Mes seules distractions étaient de regarder le foot et de taper dans un ballon avec les autres enfants du voisinage. Quand on vit sous les bombardements et dans le chaos, on gère au jour le jour, on ne pense pas au lendemain. »

Il a continué malgré tout à jouer au football. Après s’être enfui au Pakistan, il a intégré un centre de formation à Karachi. Sa carrière a décollé en sélection. Il a représenté l’Afghanistan lors du Championnat 2005 de la SAFF (Fédération sud-asiatique de football), avant d’entrer dans le grand bain face aux Maldives à 15 ans, 9 mois et 18 jours, un record national.

Huit ans plus tard, Amiri a été nommé capitaine de la formation afghane à l’occasion du Championnat 2013 de la SAFF. Acteur phare de la compétition, il a mené les siens à leur premier titre régional. « L’année 2013 a été le point d’orgue de ma carrière et de ma vie. Après avoir réalisé mon rêve de jouer pour mon pays, conduire l’équipe nationale dépassait toutes mes espérances », assure-t-il. « Nous étions fiers d’être la première équipe afghane à remporter un championnat de la SAFF. Nous avons vécu une expérience fabuleuse. Nous nous sommes donnés à fond du premier au dernier jour du tournoi et nous avons écrit une page d’histoire ensemble. »

En club, il fait figure de pionnier pour avoir été le premier joueur de son pays à s’expatrier. En 2011, il a rejoint le Mumbai FC en Inde, avant d’évoluer dans plusieurs clubs du pays. Devenu incontournable en sélection, Amiri joue un rôle moteur dans la campagne de qualification pour la Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022™. Avec 52 matches internationaux, il est le joueur le plus capé de l’histoire du football afghan. Avec quatre points en cinq sorties, l’Afghanistan pointe en troisième position derrière le Qatar et Oman, dans un groupe qui comprend également l’Inde et le Bangladesh. Les Lions de Khorasan espèrent que les trois matches restants leur permettront de se relancer et de décrocher leur première qualification pour la Coupe d’Asie de l’AFC. « Je rêve toujours de défendre les couleurs de mon pays en Coupe du Monde. Sinon, j’espère pouvoir au moins disputer la prochaine Coupe d’Asie en 2023. J’ai déjà 30 ans, mais je veux jouer pour l’Afghanistan le plus longtemps possible », conclut-il.

Afghanistan defender Zohib Islam Amiri 



Fifa

A lire aussi

Laisser un commentaire