Ta-Nehisi Coates : « La peur est omniprésente chez tous les Afro-Américains »


L’OBS. Dans « Une colère noire », où vous vous adressez à votre fils, vous expliquez à ce dernier que vous avez grandi en craignant à la fois les policiers blancs et les rues des quartiers noirs. Double peur, double peine. Cette peur, c’est celle de tous les Afro-Américains ?

Ta-Nehisi Coates. Oui, elle est omniprésente. Mais certains des policiers que je voyais au quotidien étaient noirs : c’est l’un d’entre eux qui a tué mon ami Prince Jones et il était pourtant afro-américain. Mais ce n’est pas tellement la couleur de peau des gens que l’on croisait dans la rue ou celle des policiers qui comptait : ce qui importait, c’est que tous les chemins menaient plus ou moins à la violence – peut-être pas de manière systématique, mais très souvent.

EXCLUSIF. Le testament de Toni Morrison : extraits en avant-première

Ça pouvait être la violence du quartier et des voisins, qu’il fallait gérer au quotidien, ou bien la violence exercée par les policiers si l’on ne respectait pas les consignes à l’école. Cette violence était partout, et elle demeure omniprésente. En tant que parents, les Afro-Américains portent en eux la crainte très profonde que quelque chose puisse arriver à leur enfant, même s’ils ne l’expriment pas ouvertement. Chaque fois qu’ils allument la télévision et qu’ils voient qu’un Tamir Rice ou un Laquan McDonald a été tué par la police, ils repensent à ce qu’ils ont eux-mêmes vécu et ils ont peur pour leurs enfants.

W.E.B. Du Bois, le grand sociologue afro-américain que l’Hist

Votre abonnement vous permet de :

Accéder à nos articles réservés en exclusivité à nos abonnés

Profiter du magazine au format PDF tous les mercredis à partir de 20h

Soutenir une rédaction qui s’engage à vous fournir une information fiable et de qualité

Bénéficier d’un espace personnel pour choisir vos newsletters, parcourir la sélection de la rédaction, sauvegarder vos articles en favoris, gérer vos informations…

Intégrer la communauté de notre Club Abonnés et participer à nos événements artistiques et culturels





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire