A Los Angeles, des personnes noires protègent un magasin contre des pillages… et finissent menottées


Après la mort de George Floyd à Minneapolis le 25 mai dernier, un grand mouvement de manifestations a gagné les Etats-Unis. Si la plupart d’entre elles se sont déroulées de manière pacifique, d’autres ont été émaillées par des violences. Dans certains cas, des pillages ont été constatés. Mardi, à Los Angeles, plusieurs personnes se sont ainsi confrontées à des pillards présumés tentant d’accéder à un commerce, sous l’objectif d’une caméra de la télévision locale. Mais lorsque la police est arrivée sur les lieux, ce sont eux qui ont fini menottés.

Police américaine : la culture de la violence

La scène est presque surréaliste : diffusée en direct à la télévision puis partagée sur les réseaux sociaux, elle montre la fin d’une confrontation tendue entre plusieurs personnes, désignées comme des pillards par la reporter de KTTV Christina Gonzalez, et d’autres, dont certaines armées de fusils, tentant de les empêcher d’accéder à un commerce.

Les suspects auraient tenté de rentrer dans un magasin d’or, rapporte la journaliste, mais les propriétaires d’un débit d’alcool voisin les en ont empêchés, assistés par des habitants du quartier.

Une voiture de police passe une première fois devant la scène sans s’arrêter, avant de faire demi-tour. Les agents arrivent, le soulagement de la reporter s’entend dans sa voix. La caméra filme des officiers s’élancer à la poursuite d’une personne, mais quelques secondes plus tard, un autre pointe son arme vers les propriétaires du commerce et ceux qui étaient justement venus les aider.

Une journaliste tente en vain de raisonner les policiers

« Oh non, non ! », crie la journaliste à l’attention de la police. Un agent, agressif, lui demande son identité, avant de se précipiter vers trois personnes noires en train d’être alignées face à un mur, les mains en l’air. L’agent attrape brusquement une femme noire pour lui passer les menottes. « Monsieur, ce sont les propriétaires de la boutique, ils protégeaient la boutique, les pillards sont partis de ce côté ! », tente-t-elle. « Calmez-vous deux secondes », lui répond sèchement un officier, pendant qu’un autre, tendu, lui demande une description des suspects. « C’est une des choses les plus folles que j’ai jamais vues », souffle le présentateur en plateau.

Déployer l’armée ? Pour Trump, un pari possible mais risqué

Plus tard, la journaliste Christina Gonzalez a expliqué que la femme menottée et les personnes alignées face à un mur avec elle, des membres de sa famille, allaient bien. Selon les images, ils n’étaient pas armés lorsqu’ils ont tenté de protéger l’établissement, contrairement à d’autres de ces Samaritains. Nommée Monet, la femme n’est pas la propriétaire du commerce mais une habitante du quartier. Elle était venue prêter main-forte au propriétaire, qu’elle connaît bien.

« J’ai été menottée, jetée contre un mur avec mon mari et mon beau-frère, et je me disais C’est quoi ce bordel ? », a-t-elle plus tard réagi auprès de KTTV.

Contactée par plusieurs médias, dont CBS News et Newsweek, la police de Los Angeles n’a pas répondu à leurs sollicitations.

DOSSIER. La mort de George Floyd embrase l’Amérique

Sur les réseaux sociaux, la scène a été partagée des centaines de milliers de fois. De nombreuses personnes se sont indignées du fait que les agents ont immédiatement considéré des personnes noires présentes sur place comme des suspects. La preuve, selon eux, du racisme qui règne dans la police.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire