Notre nez a son propre microbiome, et il serait possible de le changer



Dans une nouvelle étude, les chercheurs ont découvert qu’une souche de lactobacilles niche dans le nez humain et que les personnes souffrant d’une inflammation nasale et sinusale chronique en possèdent une quantité moindre. Pour rétablir cet équilibre, ils suggèrent qu’un spray nasal pourrait être développé pour délivrer des probiotiques dans les voies respiratoires.



Sante magazine

A lire aussi

Laisser un commentaire