La crise sanitaire ne justifiait pas la détention provisoire automatique




La Cour de cassation dénonce les dispositions de l’état d’urgence sanitaire qui permettaient le prolongement de la détention provisoire sans passage devant un juge. Le texte a depuis été revu par l’Assemblée nationale mais il laisse un goût amer pour les libertés publiques.



Source link

A lire aussi

Laisser un commentaire