Test DVD : Signal – Une aventure dans l’espace


Signal – Une aventure dans l’espace

Allemagne de l’Est, Pologne : 1970
Titre original : Signale – Ein Weltraumabenteuer
Réalisation : Gottfried Kolditz
Scénario : Gottfried Kolditz, C.U. Wiesner
Acteurs : Piotr Pawlowski, Evgeniy Zharikov, Gojko Mitic
Éditeur : Artus Films
Durée : 1h27
Genre : Science-Fiction
Date de sortie DVD : 2 juin 2020

Au XXIème siècle, le vaisseau spatial Ikarios mesure le vide intergalactique aux limites du système solaire. Mais une pluie d’astéroïdes s’abat sur le vaisseau, le privant de toute communication avec la Terre. Au sol, les scientifiques s’inquiètent de leur silence quand leurs ordinateurs interceptent un étrange signal. Provient-il du vaisseau ou bien est-il d’origine extraterrestre ? Ils envoient alors une sonde pour tenter de retrouver l’équipage…

Le film

[3/5]

Organisme d’état assez peu connu en dehors des frontières allemandes, la « DEFA » ou Deutsche Film AG était le studio de production cinématographique de l’ex-RDA entre 1946 et 1992. La page Wikipédia qui lui est consacrée nous apprendra que la DEFA succédait à l’UFA (Universum Film AG), et fut remplacée en 1992 par la Compagnie générale des eaux (?). En outre, la DEFA aurait produit environ 700 longs-métrages, 750 films d’animation et plus de 2000 documentaires et courts-métrages. Capitaux d’état obligent, le cinéma de genre n’était pas spécialement bien représenté au sein de la production cinématographique de la République démocratique allemande, mais quelques exceptions demeurent, notamment dans le domaine de la science-fiction.

La conquête spatiale étant une des préoccupations majeures opposant les deux « blocs » durant la guerre froide, le recours à la science-fiction permettait en effet aux auteurs de la DEFA d’insuffler un peu d’idéologie communiste dans leurs intrigues. A la fois sans trop de difficultés et tout en ayant l’air de ne pas y toucher…

La deuxième incursion de la DEFA dans le monde de la science-fiction se fera en 1970 avec Signal – Une aventure dans l’espace. Les plus observateurs d’entre vous auront remarqué que dix ans le séparent donc de L’étoile du silence, sorti sur les écrans allemands en 1960. Cela dit, si l’histoire de leur production et leur origine tend forcément à les rapprocher l’un de l’autre, il sera au final de leur trouver des points communs. Les deux films optent en effet pour une vision de la science-fiction radicalement différente. Si L’étoile du silence utilisait la SF afin de livrer au spectateur une espèce de conte moral très linéaire, Signal – Une aventure dans l’espace opte quant à lui pour le « space opera » ambitieux, hérité du 2001, l’odyssée de l’espace de Kubrick, sorti deux ans plus tôt et ayant considérablement changé la donne – pour le pire et pour le meilleur – concernant la science-fiction au cinéma. Réflexion sur le sens de l’existence, sur la place de l’homme dans l’univers, sur la relation de l’homme à la machine, exploration d’exoplanètes, le tout livré avec une recherche constante de se confronter à l’esthétique géométrico-ésotérique de Stanley Kubrick…

Signal – Une aventure dans l’espace est donc un film singulier, multipliant les plans tournoyants au cœur d’une narration hermétique, voire abstruse, même si bien sûr le fil rouge autour du sauvetage du vaisseau disparu reste toujours suffisamment clair pour ne pas perdre le spectateur. Visuellement étonnant, le film de Gottfried Kolditz ose tout, jusqu’à l’insertion d’un dessin animé en plein milieu du métrage. Techniquement, les costumes, maquettes, décors et autres effets visuels sont assez impressionnants, de même que les scènes en apesanteur ou dans l’espace. Quant au prologue et à l’épilogue du film, qui prennent tous deux place sur une plage, ils dénotent d’un surréalisme naïf et désuet qui s’avérera à la fois rafraîchissant et hilarant. Une œuvre étrange, à découvrir.

Le Blu-ray

[4/5]

Parallèlement à la sortie en DVD de L’étoile du silence, Artus Films continue son exploration des films de science-fiction produit par la DEFA avec Signal – Une aventure dans l’espace, qui intègre également la collection « SF Vintage » initiée il y a quelques années par l’éditeur. Comme toujours avec Artus, le DVD est présenté dans un très joli digipack aux couleurs de la collection, et s’affiche dans un master restauré 2K assez solide. La galette proposée par l’éditeur nous offre le film au format cinéma 2.35 respecté. Le master est en bonne forme malgré quelques légères variations colorimétriques, la définition et le piqué sont irréprochables, dans les limites d’un encodage en définition standard bien-sûr. Côté son, le film est mixé en Dolby Digital 2.0 mono d’origine est (VF/VO) d’une belle clarté dans les deux cas, sans souffle ni craquements disgracieux.

Du côté des bonus, on trouvera une présentation du film signée Christian Lucas (13 minutes) qui reviendra sur le film et sur les caractéristiques de la DEFA sans trop de redondances avec le sujet déjà disponible sur le DVD de L’étoile du silence. L’analyse et la remise en contexte sont intéressantes. On terminera ensuite avec un diaporama d’affiches et de photos, ainsi qu’avec une poignée de bandes-annonces de films de la collection « SF Vintage ».



Critique film

A lire aussi

Laisser un commentaire