Les petits secrets de François Asselineau



Alerte générale. Il est bientôt 17 heures, ce samedi 18 avril, quand le secrétaire général de l’Union populaire républicaine (UPR) voit le nom de François Asselineau, 62 ans, apparaître sur son smartphone. L’ancien candidat à l’élection présidentielle de 2017, confiné dans sa maison de campagne, est furax : « Allô ? Que se passe-t-il ? Pourquoi mes accès aux sites officiels de l’UPR ont-ils été bloqués ? Vous avez vu le mail ? »

Par communiqué, vingt membres du bureau national du mouvement (sur vingt-huit) et treize délégués régionaux (sur quinze) viennent de lui demander de plier bagage dans les 48 heures, en raison de faits « d’une exceptionnelle gravité » : « Des documents et des témoignages indiquant l’existence de relations particulières et plus qu’insistantes de votre part à l’égard [de collaborateurs], et ce, dans le cadre professionnel, […] ont été source de graves souffrances psychologiques », précise le texte de deux pages. Le secrétaire général, Benjamin Nart, a à peine le temps de bredouiller quelques mots que le tout-puissant patron de l’UPR prononce sa sentence : « C’est un putsch ! »

La maison Asselineau va-t-elle s’écrouler ? Le 10 avril, la divulgation sur les réseaux sociaux, par une main anonyme, de documents internes à l’UPR et de messages présentés comme issus de la correspondance privée de François Asselineau a transformé le petit parti en champ de bataille. Dans la foulée de la publication de ces « Asselineau leaks », un ancien collaborateur a déposé plai

Votre abonnement vous permet de :

Accéder à nos articles réservés en exclusivité à nos abonnés

Profiter du magazine au format PDF tous les mercredis à partir de 20h

Soutenir une rédaction qui s’engage à vous fournir une information fiable et de qualité

Bénéficier d’un espace personnel pour choisir vos newsletters, parcourir la sélection de la rédaction, sauvegarder vos articles en favoris, gérer vos informations…

Intégrer la communauté de notre Club Abonnés et participer à nos événements artistiques et culturels





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire