Macron a-t-il désormais ses frondeurs ?


C’est l’un des épisodes du quinquennat de François Hollande qu’Emmanuel Macron voulait absolument éviter. Pas question de se retrouver affaibli comme son prédécesseur par une partie de sa majorité contestant ouvertement sa ligne. Est-ce ce à quoi il pourrait pourtant assister ? Avec la création d’un neuvième groupe parlementaire à l’Assemblée nationale ce mardi 19 mai, composé en partie de marcheurs dissidents et qui de facto va faire perdre au groupe LREM sa majorité absolue acquise en juin 2017, le scénario semble désormais possible. Mais jusqu’à quel point l’histoire peut-elle se répéter ? L’actuel président de la République a-t-il matière à s’inquiéter ? Lui qui déploie tant d’efforts à se construire comme l’antithèse de François Hollande peut-il se retrouver dans la même impasse que son prédécesseur socialiste, qui estime que « ses » frondeurs ont pourri la fin de son mandat au point de l’avoir empêché de se représenter à l’élection présidentielle de 2017 ?

Les situations ne sont pas comparables. Les frondeurs version Hollande n’avaient quitté ni leur groupe ni leur parti à l’époque. Mais ils étaient plus nombreux – une quarantaine, dont un certain Richard Ferrand – et avaient mené une contestation dure de la politique de l’ancien premier secrétaire du PS (loi travail, déchéance de nationalité…). La bataille était de plus menée par des poids lourds, dont quelques anciens ministres (Arnaud Montebourg, Benoît Hamon) qui donnaient de la voix. Aujourd’hui, ce nouveau groupe «

Votre abonnement vous permet de :

Accéder à nos articles réservés en exclusivité à nos abonnés

Profiter du magazine au format PDF tous les mercredis à partir de 20h

Soutenir une rédaction qui s’engage à vous fournir une information fiable et de qualité

Bénéficier d’un espace personnel pour choisir vos newsletters, parcourir la sélection de la rédaction, sauvegarder vos articles en favoris, gérer vos informations…

Intégrer la communauté de notre Club Abonnés et participer à nos événements artistiques et culturels





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire