les gestionnaires de machines à café craignent des jours noirs en entreprise


Le secteur craint que les entreprises n’interdisent l’accès aux machines à leurs salariés retournés au bureau, par précaution sanitaire, ce qui mettrait en péril une activité qui représente 55 000 emplois en France, et qui a été quasiment à l’arrêt durant le confinement.

Fini la pause café devant le distributeur ? Le secteur de la distribution automatique alimentaire craint que les entreprises n’interdisent l’accès aux machines à café à leurs salariés retournés au bureau, par précaution sanitaire, ce qui mettrait en péril une activité qui représente 55 000 emplois en France.

Assurant garantir « un entretien irréprochable des distributeurs automatiques », la Fédération nationale de la distribution automatique alimentaire (Navsa) estime mercredi 13 mai dans un communiqué que « les entreprises auraient tort d’interdire l’accès aux espaces de détente et de condamner les machines » car « la pause café contribue au bien-être des salariés ».

« Depuis le confinement, notre activité a chuté de 80 à 100% et cette semaine, malgré le déconfinement, à Paris, c’était parfois pire : nous n’avons plus de commandes de nos clients, indique Pierre Albrieux, président de la fédération. Nous parlons déjà de licenciements secs dès la fin des aides de l’État. »

La fédération regroupe 247 entreprises, les gestionnaires des 600 000 distributeurs automatiques en France –à 70% installés en entreprise et 30% dans les lieux publics, gares, aéroports, métro, aires d’autoroutes…– mais aussi les fabricants de machines ou ceux de produits alimentaires, et les entreprises de services associés (monétique, emballage).

« Ça s’est très bien passé avec les entreprises pendant le confinement, notamment les établissements de santé, les plateformes logistiques ou les stations-service, nous avons employé des produits virucides », rapporte Pierre Albrieux, dont la fédération a diffusé un protocole sanitaire appliqué par les gestionnaires des distributeurs.

Des consignes d’usage des machines seront affichées dans les lieux de pause : lavage des mains avant et après utilisation du distributeur, distance d’au moins un mètre entre chaque utilisateur et gobelet à usage unique.

Mais « il n’y aura pas de reprise pour nous : beaucoup d’entreprises (clientes) restent en télétravail ou en mode dégradé« , s’alarme Pierre Albrieux, en particulier dans les sièges sociaux du quartier d’affaires de la Défense à l’ouest de Paris ou dans les grandes métropoles.



FranceTVinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire