Test Blu-ray : Danger planète inconnue


États-Unis : 1969
Titre original : Doppelgänger / Journey to the far side of the sun
Réalisation : Robert Parrish
Scénario : Gerry Anderson, Sylvia Anderson, Donald James
Acteurs : Roy Thinnes, Ian Hendry, Patrick Wymark
Editeur : Elephant Films
Durée : 1h41
Genre : Science-fiction
Date de sortie cinéma : 5 juillet 1972
Date de sortie BR/DVD : 29 octobre 2019

Le centre spatial Eurosec dirigée par Jason Webb vient de faire une découverte qui va bouleverser toutes les théories scientifiques. Une sonde spatiale a détecté une planète inconnue de l’autre coté du soleil possédant la même orbite que la Terre. Le Colonel Glenn Ross, un astronaute aguerri, et John Kane, un scientifique anglais sont alors envoyés en mission d’exploration sur cette étrange planète qui semble être la sœur jumelle de notre planète. Mais l’expédition tourne mal…

 


 

Le film

[4/5]

Derrière Danger planète inconnue, il y a bien sûr le couple formé par Gerry et Sylvia Anderson. Leur principal titre de gloire est d’avoir créé avec les Thunderbirds / Les sentinelles de l’air (1965-1966) une des séries TV les plus mythiques et les plus cultes de tous les temps. Le reste de leur carrière est en revanche beaucoup plus méconnu, surtout en ce qui concerne le cinéma. Danger planète inconnue est donc un film vraiment à part. Unique dans la carrière des époux Anderson, et singulier au cœur de la production des années 60 en matière de science-fiction.

Car ce film, qui sans trop en dévoiler évoque la découverte d’une planète aux caractéristiques similaires à la Terre placée de l’autre côté du système solaire, débordera un peu du cadre étriqué de la pure science-fiction. On sent en effet que les influences de Gerry et Sylvia Anderson vont probablement autant chercher du côté de La quatrième dimension (1959-1964) que de chez Arthur C. Clarke ou Isaac Asimov. Le concept du film est fort, malin et même franchement réjouissant. Malheureusement, le récit ne capitule finalement qu’assez peu sur la découverte de la nouvelle planète. L’intrigue prend son temps pour démarrer, et le « décollage » – au propre comme au figuré – n’aura finalement lieu qu’à la mi-métrage. Ce qui laissera automatiquement trop peu de temps à Robert Parrish afin de développer les concepts philosophiques chers à la science-fiction de l’époque. On est loin ici de la réflexion et de la portée métaphysique de films tels que 2001 : Odyssée de l’espace (1968), Abattoir 5 (1972) ou encore Phase IV (1974).

La faute à une première moitié trop longue, trop riche, trop complexe, mal maîtrisée par le réalisateur Robert Parrish. La première demi-heure s’avère de plus parasitée par une sous-intrigue d’espionnage certes intéressante mais dispensable. Cependant, l’introduction du film et la mise en contexte des enjeux autour du voyage dans l’espace permettent à Gerry et Sylvia Anderson de mettre en avant de très nombreuses maquettes et autres décors aussi spectaculaires qu’impressionnants. Qu’il s’agisse de vaisseaux, de gadgets ou d’architecture, tout est superbe et ravira les amoureux des années 60. Un vrai régal visuel, qui manque néanmoins un peu de mordant pour s’imposer comme un véritable chef d’œuvre.

 

 

Le Blu-ray

[5/5]

C’est Elephant Films qui nous permet aujourd’hui de revoir, ou devrait-on dire re-découvrir Danger planète inconnue après une médiocre édition DVD sortie en 2007 sous les couleurs de Bach Films. Et on ne pourra que tirer notre chapeau à l’éditeur, qui nous livre un master assez superbe. La copie retrouve un éclat inédit, avec un grain cinéma respecté aux petits oignons, et des contrastes finement travaillés. La restauration a nettoyé le plus gros des rayures et autres griffes disgracieuses, et propose une image d’une stabilité remarquable. Côté son, l’éditeur nous propose à la fois la version originale en DTS-HD Master Audio 2.0 mono, sans souffle ni bruits parasites, mais également le doublage français d’origine. Les dialogues sont parfaitement clairs, et les sous-titres ne souffrent d’aucun problème notable.

Côté suppléments, Elephant Films fait très fort, puisqu’en plus de reprendre la quasi-intégralité des suppléments de l’édition collector australienne de 2015, cette édition nous proposera de plus deux sujets exclusivement réservés à l’édition française. On commencera donc avec un commentaire audio de Gerry Anderson, au cœur duquel le co-scénariste du film laissera libre cours à son amertume et sa déception vis à vis du film. Très intéressant. On continuera ensuite avec une version alternative anglaise du film, proposant quelques variantes avec celle que l’on connaît, et tentant sans réel succès de se concentrer d’avantage sur le personnage du scientifique anglais incarné par Ian Hendry plutôt que sur l’astronaute américain (Roy Thinnes). Cette version du film est proposée en Haute-Définition mais non restaurée, en VO uniquement. Les amateurs de modèles réduits se régaleront ensuite d’une compilation des plans de maquettes en open-matte (18 minutes).

Pour ce qui est des bonus exclusivement réservés à cette édition française, on commencera avec une introduction au film par Jean-Pierre Dionnet (12 minutes), au cœur de laquelle le célèbre cofondateur de Métal hurlant et créateur du Cinéma de Quartier évoque Danger planète inconnue comme étant le meilleur film de science-fiction de tous les temps. Il reviendra également avec enthousiasme sur sa découverte du film ainsi que sur la carrière du couple Anderson et l’influence de Robert Parrish sur le produit fini. Le film sera également évoqué avec enthousiasme par le duo Julien Comelli / Erwan Le Gac dans leur présentation du film intitulée « Doppelgänger – Le miroir à deux faces » (19 minutes). Comme d’habitude, le tout est assuré à l’écran par le sémillant critique et biochimiste suisse Julien Comelli,qui nous livre un récit de la genèse du film avec toute sa fantaisie habituelle. Le tour des suppléments s’achèvera avec la traditionnelle galerie de photos ainsi qu’avec la bande-annonce d’époque.

 



Critique film

A lire aussi

Laisser un commentaire