Les prières du vendredi reprennent dans 180 villes iraniennes



DUBAI (Reuters) – Après deux semaines d’interruption, les prières du vendredi ont repris dans quelque 180 villes iraniennes où le risque de propagation du coronavirus est considéré comme moindre, rapporte vendredi la presse officielle.

La reprise de ces prières, qui restent interdites dans la capitale Téhéran et dans d’autres grandes villes du pays, fait suite à la réouverture lundi de 132 mosquées dans des zones épargnées par le coronavirus.

Les fidèles, qui doivent porter des masques de protection pendant le prêche et respecter la distanciation physique, ont été invités à faire leurs ablutions à la maison et à apporter leur propre chapelet, tapis de prière et tablette d’argile, selon les agences de presse iraniennes.

Selon le ministère iranien de la Santé, 55 décès supplémentaires ont été recensés dans le pays en l’espace de 24 heures, portant le nombre total de morts liées au coronavirus à 6.541 vendredi. Le nombre de cas de contamination s’élève désormais à 104.691 dans la République islamique, l’un des pays les plus durement touchés par le virus au Moyen-Orient.

Près de la moitié des patients hospitalisés au cours de ces dernières 24 heures se trouvaient à Téhéran et dans la province de Khuzestan, dans le sud-ouest du pays, a précisé le porte-parole du ministère de la Santé, Kianush Jahanpur, sur son compte Twitter.

(Bureau de Dubaï, version française Marine Pennetier)



challenges

A lire aussi

Laisser un commentaire