En Ile-de-France, l’attestation employeur restera obligatoire dans les transports en commun


L’attestation de déplacement dérogatoire ne disparaîtra pas avec le confinement, loin de là. A partir du 11 mai, elle sera non seulement obligatoire pour justifier des déplacements à plus de 100 kilomètres de chez soi, mais aussi pour pouvoir se rendre au travail en prenant les transports en commun en Ile-de-France, comme l’a confirmé ce jeudi 7 mai le secrétaire d’Etat aux Transports après la publication d’une charte par la région.

Suivez la crise du Covid-19 avec « l’Obs »

Des morts qui se comptent par dizaines de milliers, des milliards d’humains confinés : la pandémie de coronavirus a plongé le monde dans un scénario digne d’un film catastrophe. « L’Obs » vous offre des clés pour comprendre : en explorant les pistes pour affronter cette récession historique ; en réfléchissant au monde de demain avec les plus grands philosophes ; en couple, au travail, comment vivons-nous le confinement ?… Pour tout savoir, suivez notre rubrique dédiée.

« Nous avons signé une charte hier [mercredi] avec la Région, les opérateurs et les employeurs », a expliqué Jean-Baptiste Djebbari sur Franceinfo.« Les employeurs se sont engagés à produire des attestations spécifiant les créneaux horaires d’arrivée et donc d’utilisation des transports en commun. »

Une mesure qui devrait permettre de « lisser les heures d’arrivée et de départ dans l’entreprise, pour désengorger les transports aux heures de pointe ».

Après le 11 mai, un siège sur deux sera condamné dans le métro parisien

Interrogé sur l’éventualité d’une amende en cas de non-possession de cette attestation, le secrétaire d’Etat est resté vague : « Pour l’instant ce qui est écrit dans le projet de loi, c’est que nous ferons des contrôles », a-t-il précisé.

« On peut envisager que si vous arrivez devant une station de métro et que vous n’avez pas cette attestation, s’il y a un contrôle on pourra vous refuser l’entrée dans les transports en commun. »

« Organiser et maîtriser le flux de voyageurs »

L’idée du maintien de cette attestation employeur en Ile-de-France figurait dans une charte signée mercredi par Ile-de-France Mobilités, la Région, l’Etat, les partenaires sociaux et les opérateurs des transports d’Ile-de-France. L’objectif : « Organiser et maîtriser le flux de voyageurs en vue du déconfinement et ainsi éviter la propagation du Covid-19 ».

« La question de cette attestation employeur, de sa validité et de son contrôle » doit encore « être arbitrée par l’Etat », « très rapidement », indiquait Valérie Pécresse, présidente du conseil régional d’Ile-de-France, ajoutant avoir « besoin de renforts pour filtrer les entrées dans les gares et les stations ». Le dernier mot reviendra donc au Premier ministre Edouard Philippe, qui pourrait aborder la question dans son allocution ce jeudi après-midi.

Auditionnée devant la commission de l’Aménagement du territoire et du développement durable du Sénat, Valérie Pécresse a indiqué que cette charte visait notamment à maintenir un taux de télétravail le plus élevé possible, à partir du début de confinement le 11 mai.

Les entreprises « s’engagent à proscrire, dans la mesure du possible, la présence sur site pour les activités télétravaillables la première semaine suivant le déconfinement », précise le document dont l’AFP a eu copie.

La charte, qui porte sur les trois premières semaines du déconfinement, prévoit donc le maintien à 100 % du télétravail la première semaine, à 90 % la semaine du 18 au 25 mai, et à 80 % la semaine du 25 mai au 2 juin, a expliqué Valérie Pécresse.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire