au Mans, la machine judiciaire redémarre


Salle d’audience du tribunal de grande instance du Mans, septembre 2018. (ALEXANDRE CHASSIGNON / RADIOFRANCE)

Le coronavirus n’a pas arrangé les choses, la justice croûle sous les dossiers. Le retard s’est accumulé depuis la mi-mars. Malgré le maintien des permanences, des comparutions immédiates, la grande majorité des affaires n’a pas pu être traitée. Mais lundi 11 mai, la reprise va être progressive. Au Mans par exemple, les quinze premiers jours vont servir à tout redémarrer. « Les magistrats fonctionnaires vont revenir travailler pratiquement normalement mais pendant cette période de deux semaines, il n’y aura aucune audience et aucun rendez-vous »explique François Génicon, le président du tribunal, au micro de France Bleu Maine. « Concrètement le public ne doit surtout pas venir à la cité judiciaire pendant cette période », conclut-il.

Pas de public donc, pour le moment, au tribunal. Mais dans les magasins, oui, et dès le 11 mai, une bouffée d’oxygène pour les commerces qui ont souffert pendant le confinement, notamment les librairies. Elles ont survécu grâce aux commandes, aux livraisons. C’est le cas de « la droguerie de Marine » à Saint-Malo qui se prépare avec vigilance à rouvrir. « On sait que les lecteurs auront du mal à ne pas toucher le livre », confie Mélanie, la gérante, à France Bleu Armorique. « Nous, évidemment, on nettoiera tout de façon très régulière. Quand les gens font leurs courses, on leur conseille d’attendre un peu avant de retoucher les sacs, conseil qu’on donnera aussi aux gens s’ils veulent être vraiment rassurés sur ce point là », explique Mélanie.

Se réinventer pour survivre, c’est l’équation pour beaucoup de commerces qui doivent trouver la bonne idée. A ce jeu là, un couple de Capbreton, dans les Landes, a une longueur d’avance. Ils tiennent un bar à cocktails et pour eux, pas de déconfinement la semaine prochaine alors, c’est le bar qui va venir à vous. « On va faire la teuf chez vous, par contre le ménage c’est pour vous », s’exclament en riant Thibaut et Margot au micro de France Bleu Gascogne. « Il y aura deux plages horaires à prendre : soit avant 22 heures, donc plus pour l’apéritif, soit le côté soirée, donc après 22 heures. C’est nous qui allons chez vous, c’est quand même un peu renverser la situation », développe Thibaut.

Pour l’instant, ça ne concerne que les habitants dans un rayon de 100 kilomètres autour de Capbreton mais ça pourrait bien donner des idées à d’autres bars à travers la France.



FranceTVinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire