En plein direct sur CNews, Olivier Faure interrompu par un câlin de son fils


Confiné chez lui, télétravail oblige, le premier secrétaire du PS Olivier Faure répondait aux questions de Gérard Leclerc sur CNews, ce mardi 5 mai au matin, en direct à l’antenne. Avant d’être rejoint par son jeune fils, ce qui n’a pas manqué de faire tendrement réagir Olivier Faure.

« Les esprits sont plus libres » : comment la gauche et les écologistes préparent le « monde d’après »

> Voir la scène :

A l’occasion de cette interview dans la Matinale de Cnews, le Premier secrétaire du PS Olivier Faure a averti que les enfants ne devaient pas être « les cobayes d’une expérience qui pourrait être malheureuse », avec la réouverture des écoles à partir du 11 mai. « Si j’avais à me poser la question, je chercherais à savoir dans quelles conditions l’école rouvre » à partir de la semaine prochaine, a-t-il affirmé, en précisant que ses propres enfants n’étaient pas concernés par la reprise car pas prioritaires. Il a ajouté :« Je ne souhaite pas que mes enfants, ni qu’aucun enfant de France, soient les cobayes d’une expérience qui pourrait être malheureuse »

Un précédent sur la BBC

Cette scène de vie n’est pas sans rappeler la séquence hilarante vécue par Robert E. Kelly, un expert en géopolitique habitant en Corée du Sud, qui avait été lui aussi rejoint en direct par ses deux enfants, sur la BBC en 2017.

Comment réussir son télétravail ? 7 conseils pour ne pas se laisser déborder

Robert Kelly devait parler sur Skype de la destitution de la présidente sud-coréenne Park Guen-Hye depuis son domicile, en mars 2017. Mais sa fille Marion avait fait irruption dans la pièce, suivie de son fils James, qui a déboulé sur son trotteur. Son épouse Kim Jung-A, qui regardait l’interview dans le salon, s’est précipitée dans la pièce, s’est accroupie et a fait sortir les enfants le plus vite possible avant de refermer la porte.

Suivre et comprendre la crise du coronavirus avec « l’Obs »

Un moment de télétravail perturbé, sur lequel l’expert est revenu à l’occasion du confinement imposé à la moitié de la population mondiale :





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire