En cas de besoin, l’Etat « sera là pour Airbus », selon Gérald Darmanin



En cas de besoin, l’Etat « sera là pour Airbus », a assuré dimanche le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin, sans donner de précisions sur le type d’aide que l’avionneur pourrait recevoir.

« Nous verrons bien, et si jamais il y a des difficultés nous serons là pour aider Airbus », a indiqué M. Darmanin sur Radio J, expliquant que « l’aéronautique comme l’automobile d’ailleurs sont deux grandes industries qu’il nous faudra particulièrement aider, et le gouvernement sera au rendez-vous ».

Confronté à la quasi mise à l’arrêt du transport aérien en raison de la pandémie, le constructeur européen, qui a vu ses ventes chuter au premier trimestre, a déjà ralenti sa production et a pris des mesures de chômage partiel. Son concurrent américain Boeing a quant à lui déjà annoncé réduire ses effectifs mondiaux d’environ 10%.

Toutefois, a précisé Gérald Darmanin, l’Etat ne doit intervenir « que lorsque vraiment c’est extrêmement nécessaire ». Airbus disposant d’une trésorerie suffisante « pour passer cette date du 11 mai », « il n’y a pas d’intervention particulière de l’Etat à avoir pour l’instant, si ce n’est ce que nous faisons déjà », a également dit M. Darmanin.

En l’état, il s’agit de « toute l’activité de soutien économique, les prêts garantis par l’Etat, les reports de charges, les aides directes aux compagnies aériennes », a-t-il détaillé.

Ainsi, « quand on aide Air France, on aide indirectement Airbus », a-t-il dit, faisant référence au soutien de 7 milliards accordé au transporteur français pour faire face à la crise du coronavirus.



challenges

A lire aussi

Laisser un commentaire