StopCovid sera soumis à un débat et un vote spécifique (ou enterré ?)


Ce qui est certain, c’est que l’application de traçage des données mobiles StopCovid ne sera pas au coeur de la première phase de déconfinement voulue par l’Etat. Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé mardi 28 avril le report du débat sur le projet sensible et « un débat et un vote spécifiques » lorsque l’application « fonctionnera et avant sa mise en oeuvre ».

Le cofondateur de Qwant et un hackeur dénoncent le « n’importe quoi » de l’appli « StopCovid »

Les questions de libertés publiques « me paraissent fondées. Elles doivent être posées. Elles doivent être débattues », a souligné le Premier ministre devant l’Assemblée nationale, au sujet de cette application qui suscite des critiques jusqu’au sein de la majorité.

« Pour l’heure, compte tenu des incertitudes sur cette application, je serais bien en peine de vous dire si elle marche, et comment elle fonctionnera précisément. Il me semble donc que ce débat est prématuré », a estimé Edouard Philippe.Application StopCovid : « Le spectre d’une société de la surveillance généralisée se rapproche »

« Mais je confirme mon engagement : lorsque l’application en cours de développement fonctionnera et avant sa mise en oeuvre, nous organiserons un débat spécifique, suivi d’un vote spécifique », a-t-il assuré.

« Enterrée à la française » ?

Inspiré d’outils déployés dans des pays comme Singapour, ce dispositif de traçage doit permettre d’alerter les personnes qui ont été en contact avec des malades du coronavirus.

Mais même si cette application fonctionnerait sur la base du volontariat, elle est critiquée jusque dans les rangs LREM pour ses risques concernant la vie privée des utilisateurs.

« StopCovid » : à quoi pourrait ressembler l’application de « tracking » du gouvernement ?

Dimanche, la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) a donné son feu vert de principe, tout en demandant certaines « garanties supplémentaires ».

Plusieurs parlementaires LREM avaient souligné que l’application n’était pas prête techniquement à ce stade.

« Ce n’est pas prêt et ce sera sûrement doucement enterré. A la française », estimait même un député LREM lundi soir, auprès de l’AFP.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire