L’IGPN saisie après la diffusion d’une vidéo de policiers tenant des propos racistes


« Un bicot comme ça, ça nage pas. » Une vidéo, diffusée dimanche 26 avril sur les réseaux sociaux, montre des policiers qui semblent tenir des propos racistes. La vidéo a été diffusée dimanche après-midi sur Twitter par le journaliste du site engagé Là-bas si j’y suis Taha Bouhafs.

Ce dernier assure qu’un homme a été repêché dans la Seine à hauteur de l’Ile-Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) et interpellé après avoir plongé pour échapper à la police. Les policiers sont filmés lorsqu’ils regagnent leurs véhicules. « Ça coule, tu aurais dû lui accrocher un boulet au pied », lance un membre des forces de l’ordre.Qui est Taha Bouhafs, arrêté après avoir tweeté des images de Macron au théâtre ?

Sur d’autres images, on entend les policiers rire et des bruits sourds venant du fourgon policier où l’interpellé, qui paraît crier, a été placé.

L’IGPN est saisie

La Préfecture de Police a affirmé saisir l’Inspection générale de la Police nationale (IGPN). « Une vidéo montrant une intervention de police à l’Ile-Saint-Denis circule sur les réseaux sociaux. Le préfet de police va saisir l’IGPN afin de faire toute la lumière sur les circonstances dans lesquelles les policiers sont intervenus et déterminer l’identité des auteurs des propos entendus », a-t-elle indiqué.

Selon la Préfecture de Police, les fonctionnaires intervenaient dans le cadre d’un vol en réunion.

Un commissaire déjà condamné

« L’homme a été conduit à l’hôpital après sa chute dans la Seine », a déclaré la procureure de la République de Nanterre, Catherine Denis, selon laquelle aucune plainte n’a été pour l’heure déposée.

Seine-Saint-Denis : « Nous ne sommes pas à l’abri d’une explosion »

D’après la magistrate, les policiers intervenants n’appartiendraient pas au commissariat de Villeneuve-la-Garenne, comme l’affirme la vidéo, mais dépendraient néanmoins de la Direction territoriale de la Sécurité de Proximité des Hauts-de-Seine.

Selon les informations du « Parisien », les faits se sont déroulés en présence d’un commissaire de police des Hauts-de-Seine, en charge du district. « Ce dernier a déjà été condamné dans une affaire de violences policières qui remonte à 2008. Il avait écopé d’un an de prison avec sursis et un an d’interdiction d’exercer, pour abstention volontaire d’empêcher un crime ou un délit” », précise le quotidien.

« Des propos infâmes »

La vidéo a suscité une vague d’indignation. Le Mrap s’est dit « choqué par ces propos infâmes, qui résonnent en écho des noyades d’Algériens le 17 octobre 1961 ».

Interpellation musclée à Toulouse : des policiers frappent un homme au sol avec une muselière

Le député LFI de Seine-Saint-Denis, Eric Coquerel, a dénoncé une vidéo « inacceptable ». « Je ne sais pas ce que ce dernier a fait, je sais par contre que le 17 octobre 1961, on a retrouvé sur ces mêmes berges les corps d’Algériens noyés par la police. Entendre aujourd’hui de tels propos et comportements racistes de la part de fonctionnaires de police est une honte et une grande inquiétude, a fustigé le député dans un communiqué. Avec le maire de l’Ile-Saint-Denis, Mohammed Gnabally, nous sommes en contact avec les autorités pour en savoir plus sur ces faits condamnables. »

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a réagi dimanche soir sur Twitter : « Une vidéo montrant une intervention de police dans le secteur de l’Ile-Saint-Denis suscite une indignation légitime. Toute la lumière sera faite », a-t-il assuré, confirmant que l’IGPN était « saisie ». Il a ajouté :

« Le racisme n’a pas sa place dans la police républicaine. »





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire