Test Blu-ray : Roma


Roma

 
Mexique, États-Unis : 2018
Titre original : –
Réalisation : Alfonso Cuarón
Scénario : Alfonso Cuarón
Acteurs : Yalitza Aparicio, Marina de Tavira, Diego Cortina Autrey
Éditeur : Warner bros / The Criterion Collection
Durée : 2h15
Genre : Drame
Date de sortie DVD/BR : 11 mars 2020

 

Au début des années 1970, une famille aisée vit à Mexico dans le quartier Colonia Roma. Cleo est une des deux domestiques de cette famille. La famille est composée des parents Sofía et Antonio, des enfants Sofi, Pepe, Toño et Paco, et de Teresa, la mère de Sofía. Sofía est quittée par son époux. Les deux femmes, Cleo et Sofía, vont s’entraider…

 


 

Le film

[4/5]

Émouvant, intimiste, Roma aura permis à Alfonso Cuarón de livrer au public une évocation sincère et fortement autobiographique de son enfance mexicaine, qu’il se remémore et reconstitue à l’écran avec un soin maniaque par le biais de l’histoire de Cleo, domestique et femme à tout faire au cœur d’une famille aisée. Bien sûr, autour du récit principal graviteront de petits instantanés de vie dans le Mexique des années 70, qui contribueront au final à dessiner un état des lieux très fidèle de la société de l’époque. Habile, Cuarón choisit, même si cela est tout à fait impossible en vérité, de tabler sur une certaine « objectivité », la grande qualité de sa reconstitution étant de ne jamais s’avérer angélique ou partisane, qu’il s’agisse des bouleversements sociaux ou dans le constat des mœurs d’hier et des relation hommes / femmes.

Ambitieux et attentif aux plus infimes détails, le film d’Alfonso Cuarón a fait grand bruit au moment de sa sortie en 2018 : il s’agit en effet d’un film produit par Netflix et destiné à la plateforme de SVOD ayant finalement obtenu les prix les plus prestigieux, Lion d’or à Venise, Golden Globe et Oscar du meilleur film étranger, etc, etc. Encensé par la critique (95% de critiques positives sur l’agrégateur Rotten Tomatoes), Roma a rencontré un peu plus de difficultés à convaincre le public (72% de satisfaction sur le même site), qui devra accepter le rythme lent d’un film d’auteur mexicain sans star et filmé en noir et blanc : ainsi, si vous aimez les longs panoramiques pleins de sens, vous ne pourrez vous empêcher de trouver le film très beau, sublime, profondément artistique. Panoramiques à 90 degrés, à 180 degrés, et même jusqu’à 450 degrés (!!). On ne les a pas comptés, mais entre les panos et les travellings incroyables, le film est vraiment une pure démonstration technico-artistique qui risque bien de vous décrocher la mâchoire avec ses plans sublimissimes.

On notera cependant que la réception du chef d’œuvre d’Alfonso Cuarón a souffert d’une petite polémique concernant son sous-titrage par Netflix. Ainsi, si le cinéaste a désavoué les sous-titres castillans du film, il semble que les différentes traductions de Roma de par le monde étaient probablement basées sur les sous-titres anglais du film, qui ont de fait potentiellement dénaturé le sens et la perception du film dans le monde entier. En France, l’Association des traducteurs / adaptateurs de l’audiovisuel (ATAA) dénonçait début 2019 d’importantes erreurs dans le sous-titrage du film, indiquant : « Faire la liste des fautes d’orthographe et de grammaire, des tournures non françaises, des barbarismes, des phrases qui ne veulent rien dire et des contresens reviendrait presque à recopier l’intégralité des sous-titres. » Bonne nouvelle cependant : on note que les sous-titres proposés sur les Blu-ray de Roma en France ne reproduisent pas les erreurs listées par l’ATAA.

 

 

Le Blu-ray

[5/5]

Sorti en Blu-ray par la branche française de Warner Bros., Roma a débarqué sur les linéaires des revendeurs français sous le très prestigieux label « Criterion ». Si on se souvient que quelques DVD étaient sortis au début des années 2000 en France sous les couleurs de Criterion (The rock, Armageddon, Beastie Boys video anthology…), le label n’avait jamais réellement « pris » commercialement dans l’hexagone, et se voyait de ce fait réservé depuis une vingtaine d’années à une poignée de fans de Blu-ray / DVD non seulement parfaitement bilingues, mais également possesseurs de matériel dézoné – en effet, les galettes estampillées Criterion ne disposaient pas de sous-titres et étaient « lockés » en Zone A (USA). La surprise de voir débarquer à nouveau le label a certes de quoi surprendre, mais il s’agit d’une excellente nouvelle. En effet, comme l’affirme mot pour mot sa devise, « La collection Criterion se consacre à rassembler les plus grands films originaires du monde entier dans des éditions de la plus haute qualité avec des bonus supplémentaires qui favorisent l’appréciation de l’Art du cinéma ».

Autant dire que la qualité de ce Blu-ray de Roma édité par Warner / Criterion constitue vraiment le haut du panier en termes d’édition vidéo. Le master 4K a été supervisé par Alfonso Cuarón lui-même, et le livret disponible à l’intérieur du boitier fournira aux amateurs les indispensables spécifications techniques : résolution, matériel technique, étalonnage utilisé par le directeur photo Emmanuel Lubezki. Le soin apporté à l’image d’un point de vue technique rend honneur à la démonstration technique que constitue le film en lui-même. Les béotiens que nous sommes affirmeront simplement que le résultat dépasse toutes nos attentes : l’image est extrêmement nette et précise, déployant un niveau de détail époustouflant et des textures à couper le souffle. Les noirs et les contrastes ont également fait l’objet d’un soin absolument maniaque, bref on est en présence d’un Blu-ray de référence, tout simplement extraordinaire. Et si l’image nous laisse littéralement sans voix, l’éditeur nous a réservé le même niveau d’excellence pour le son, avec un mixage en VO littéralement exceptionnel proposé dans un Dolby Atmos spatialisé de ouf malade : même si le film n’appelle pas à la démonstration technique, le résultat est tout simplement bluffant, formidable, et met tous les blockbusters du monde à l’amende. Les amplis non compatibles décoderont la bande sonore en Dolby TrueHD 7.1 pour un rendu flubbergasting de chez astoundingly marvelous (j’ai un peu fait le tour des adjectifs qualificatifs en français, alors j’innove).

Et puis bien sûr, comme l’annonce fièrement l’éditeur sur sa jaquette, il y a les suppléments, de la race de ceux « qui favorisent l’appréciation de l’Art du cinéma » : en tout trois heures de suppléments qui nous proposeront un tour du propriétaire du film absolument passionnant. On commencera avant même l’insertion du disque Blu-ray dans votre lecteur d’ailleurs, avec dans le boîtier un livret exclusif de 12 pages rédigé par la romancière mexicaine Valéria Luiselli et l’historien mexicain Enrique Krauze. Sur le disque en lui-même, on trouvera tout d’abord un impressionnant making of intitulé « Camino a Roma » (73 minutes), qui relatera la production de Roma en utilisant notamment un grand nombre de séquences brutes montrant Alfonso Cuarón au travail avec les acteurs et l’équipe. Largement interviewé, le réalisateur évoquera en détail l’évolution du projet du scénario à l’écran. Passionnant. On continuera ensuite avec 32 minutes d’entretiens avec l’équipe du film, des différents producteurs au directeur de casting en passant par le chef décorateur Eugenio Caballero et plein d’autres. Le tout est également entrecoupé d’images du tournage du film. On continuera ensuite avec un sujet dédié à la post-production du film du côté de l’image (21 minutes) au cours duquel Alfonso Cuarón, Adam Gough (monteur) – entre autres – évoqueront l’aspect visuel du film et en particulier de certains détails de la période qu’il aborde, puis on passera du côté du son (27 minutes), toujours avec Alfonso Cuarón, cette fois accompagné de l’équipe de post-production sonore. Il parleront bien sûr de la « recréation » de l’ambiance des 70’s tout autant que de la musique du film. Enfin, on appréciera également de découvrir « Roma nous rassemble », sujet consacré aux différentes projections du film à travers le Mexique (19 minutes). En effet, pour Alfonso Cuarón, veiller à ce que Roma soit présenté dans tout le pays était d’une importance capitale. Certaines salles ont d’ailleurs du être « mises à jour » pour que la vision du cinéaste puisse être vue et entendue tel qu’elle était censée l’être. L’impact culturel et social du film est également évoqué. On terminera avec la traditionnelle bande-annonce et le teaser du film.

 



Critique film

A lire aussi

Laisser un commentaire