Agab veut ramener le Soudan au premier plan



  • Le Soudan s’est qualifié pour la phase de groupes des éliminatoires pour Qatar 2022
  • Ramadan Agab a signé un triplé contre le Tchad
  • L’attaquant veut ramener le Soudan sur le devant de la scène africaine

Le Soudan possède un solide pedigree sur la scène africaine. Les Faucons de Jediane participent à la première Coupe d’Afrique des Nations de la CAF en 1957, qu’ils bouclent en troisième position. Finalistes malheureux des deux éditions suivantes, ils s’adjugent le titre continental en 1970. Dans la foulée, le Soudan passe tout près de valider son billet pour la Coupe du Monde de la FIFA, Mexique 1970™. Depuis, le football soudanais a connu une sérieuse baisse de régime et le rêve d’une première participation à l’épreuve mondiale s’éloigne toujours un peu plus.

Mais à en juger par les premiers résultats dans les qualifications africaines pour Qatar 2022, la nouvelle génération pourrait changer les choses. Après avoir battu le Tchad 3-1 en déplacement, les Faucons de Jediane assurent l’essentiel en obtenant un nul vierge devant leurs supporters. Ils figurent désormais dans le Groupe I, aux côtés du Maroc, vétéran de Russie 2018, de la Guinée et de la Guinée-Bissau. Cette large victoire sur le voisin tchadien doit beaucoup au triplé de Ramadan Agab. « Ce match était très particulier », se souvient le milieu de terrain au micro de FIFA.com. « Nous étions venus pour gagner. Nous avons su profiter des occasions et j’ai marqué trois buts. Ce jour-là, rien ne pouvait nous résister. »

C’est depuis le banc de touche qu’Agab a suivi le match retour à Omdurman, conclu sur un nul vierge et dont on retiendra surtout un penalty manqué par les Tchadiens à dix minutes du terme. « Après cette victoire, le sélectionneur a choisi une stratégie plus prudente pour le match retour. Nous savions que nos adversaires étaient dans l’obligation de marquer, mais nous avons essayé de leur offrir le moins d’occasions possible », reconnait le héros de l’aller. « Nous étions sûrs de nous, grâce à cette avance de trois buts. La seule chose qui compte, c’est la qualification », explique Agab, 30 ans, dont le nom en arabe signifie « merveilles ».

Le sens du but

En début d’année, le tirage au sort du deuxième tour des qualifications africaines a placé le Soudan, le Maroc, la Guinée et la Guinée-Bissau dans le Groupe I. Agab espère voir son équipe rééditer la performance réalisée lors des préliminaires d’Afrique du Sud 2010. À l’époque, le Soudan avait forcé les portes du tour final, aux côtés du Mali. « Nous avons du temps devant nous pour nous préparer, mais notre programme doit être à la hauteur de nos ambitions », annonce-t-il. « Il va falloir gagner à domicile et ça nous mettrait en confiance pour la suite de cette campagne. Mais nous sommes prêts », assure Agab, qui n’évolue pas en pointe mais joue le plus souvent au milieu ou sur l’aile, même s’il est habile à la conclusion, comme il l’a prouvé contre le Tchad.

Après avoir marqué sur une frappe de l’extérieur de la surface, il s’est appuyé sur ses réflexes pour intercepter et convertir un mauvais dégagement du gardien. Enfin, sur le troisième et dernier but, il a fait parler son instinct en reprenant un ballon repoussé par le portier tchadien. « Comme tous les enfants, je voulais jouer devant et marquer un maximum de buts. Les buts font plaisir car ils viennent récompenser le travail de toute l’équipe et ils donnent de la joie aux supporters. C’est la raison pour laquelle je souhaitais évoluer en pointe ou juste derrière les attaquants, près du but », raconte le joueur d’Al Merreikh, l’un des grands clubs d’Omdurman.

Quand le football reprendra ses droits, Agab et ses coéquipiers devront en outre courir deux lièvres à la fois. Le Soudan reprendra son parcours dans le Groupe C des qualifications pour la CAN 2021, compétition au cours de laquelle Agab s’est illustré en marquant contre São Tomé-et-Principe (4-1). Il sera temps ensuite de se pencher sur le deuxième tour des qualifications pour Qatar 2022 avec l’objectif de mener enfin le Soudan sur la scène mondiale.



Fifa

A lire aussi

Laisser un commentaire