Italie/virus: le secteur du livre demande l’aide du gouvernement



Le secteur du livre très touché par la pandémie en Italie a demandé mardi l’aide du gouvernement pour surmonter « la plus grave crise du livre de l’après-guerre ».

Les fermetures de bibliothèques et librairies, et donc dans la foulée d’imprimeries, « entraînent la plus grave crise du livre de l’après-guerre », écrivent dans un appel conjoint au gouvernement les associations de bibliothèques, de libraires et d’éditeurs italiens.

Les librairies ont perdu en mars 25 millions d’euros de chiffre d’affaires et 64% des éditeurs avaient eu recours au chômage technique, ou annoncé leur intention de le faire, selon des estimations de ces associations.

Ces dernières relèvent « le risque d’une désertification culturelle, plus particulièrement dans les zones plus faibles du pays ».

La crise due à pandémie de Covid-19, qui a fait plus de 24.000 morts en Italie, « sera un coup pour la culture italienne, la diversité culturelle et le pluralisme », ajoutent les auteurs de l’appel.

Ils préconisent deux mesures pour répondre à cette situation: des fonds destinés aux bibliothèques publiques pour l’acquisition de livres et l’extension à toute la population d’un instrument connu en Italie comme le +bonus culture+.

Ce dispositif avait été instauré en 2016 par le gouvernement de centre-gauche de Matteo Renzi et prévoyait l’octroi d’un chèque culture de 500 euros pour tous les jeunes atteignant 18 ans. Ce chèque pouvait être utilisé pour toutes les dépenses liées à la culture: livres, cinéma, théâtre, concert…



challenges

A lire aussi

Laisser un commentaire