Coronavirus: Fnac Darty annonce avoir obtenu un prêt, garantie de l’Etat



Le groupe de distribution français Fnac Darty a annoncé dimanche avoir obtenu un prêt de 500 millions d’euros, dont 70% garantis par l’Etat, pour « sécuriser la liquidité du groupe » et « préparer la reprise des activités » affectées par l’épidémie de Covid-19.

Ce prêt est « le premier que l’Etat français octroie à une grande entreprise française », selon le ministre de l’Economie Bruno Le Maire cité dans un communiqué.

« Ce nouveau financement permet à Fnac Darty de bénéficier du soutien des institutions bancaires françaises de premier plan, dans un contexte de crise sans précédent », ajoute le groupe.

Le groupe a aussi annoncé plus tôt que prévu le montant de ses ventes au 1er trimstre, sans surprise en nette baisse vu la fermeture obligatoire de ses magasins physiques, en particulier en France, en plein confinement.

Sur les trois premiers mois de l’année, le chiffre d’affaires a ainsi chuté de 7,9% à 1,49 milliard d’euros.

Sur le seul mois de mars, les ventes du groupe ont dégringolé de 30%, a également indiqué Fnac Darty, en soulignant néanmoins que ses ventes en ligne avaient doublé lors des 15 derniers jours de mars et au début du mois d’avril.

Le groupe, qui avait déjà prévenu à la mi-mars qu’il ne serait pas en mesure de tenir ses objectifs financiers pour 2020, a en outre annoncé dimanche qu’il retirait sa proposition de versement de dividende de 1,50 euro par action au titre de l’exercice 2019.

Cette décision est conforme aux injonctions du gouvernement qui avait annoncé fin mars une interdiction de verser des dividendes pour les entreprises qu’il aide à surmonter la crise du coronavirus.

« Avec plus de 20 milliards d’euros de prêts accordés à 150.000 entreprises, le déploiement du prêt garanti par l’Etat est aujourd’hui une réalité pour les entreprises françaises, quelle que soit leur taille », a noté M. Le Maire dimanche.

« Le prêt garanti par l’Etat est un levier majeur pour les aider à franchir sans heurt cette période économique difficile », a-t-il ajouté.



challenges

A lire aussi

Laisser un commentaire