c’était « indispensable », déclare l’Association des directeurs au service des personnes âgées


Pascal Champvert, président de l’Association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA), réagit à l’annonce par le ministre de la Santé de la reprise des visites dans les Ehpad à partir du 20 avril. 

La reprise des visites familiales dans les Ehpad et établissements médico-sociaux, programmée lundi 20 avril et annoncée le 19 avril par le ministre de la Santé Olivier Véran, était « indispensable », déclare sur franceinfo Pascal Champvert, président de l’Association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA).

>> Retrouvez les dernières informations sur l’économie de Covid-19 dans notre direct

« Nous militions pour cela depuis de nombreux jours, nous sommes absolument ravis de cette annonce » déclare-t-il. « Ce sont donc 700 000 personnes âgées qui vivent en établissement qui vont pouvoir retisser ce lien avec leurs familles. »

Ce « droit de visite » s’effectuera « dans des conditions extrêmement, limitées, pas plus de deux personnes de la famille » et s’effectuera « sous la responsabilité des directions d’établissements qui devront dire à la famille lorsque ce sera possible et dans quelles conditions », a précisé Olivier Véran. Le ministre de la Santé a également indiqué qu’il y aura « l’impossibilité maintenue d’aller toucher la personne, d’être en contact physique ». « Par contre, il y aura un contact visuel », a-t-il poursuivi.

Des modalités strictes que ne remet pas en cause Pascal Champvert. « Il s’agit d’adapter les règles du confinement pour faire en sorte qu’il soit supportable afin qu’il ne puisse pas provoquer d’effets collatéraux regrettables, poursuit le président de l’AD-PA. Bien entendu, les familles devront respecter les gestes barrières, se laver les mains, porter un masque et garder une distance d’au moins un mètre, tout comme les personnes âgées. »

Mais le représentant de l’Association des directeurs au service des personnes âgées compte solliciter les pouvoirs publics sur d’autres demandes concernant les Ehpad et établissements médico-sociaux : « Nous voulons faire en sorte que les personnes âgées puissent, comme tous les Français, sortir dans le parc ou le jardin de leur résidence, pendant une heure, pour prendre l’air. »

Et ce n’est pas tout. « On exige également un plan massif de recrutement de psychologues avec la possibilité d’avoir recours à des coaches pour les managers, c’est indispensable pour les personnes âgées et les salariés des Ehpad. Et puis, nous réclamons le retour des bénévoles pour aider les équipes d’établissements et de services à domicile », conclut Pascal Champvert.



francetvinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire