Raoult et Delfraissy, « docteur Tant-mieux » et « docteur Tant-pis »


Jean de La Fontaine avait déjà identifié en France deux grandes espèces irréconciliables : les « Médecins Tant-pis » et les « médecins Tant-mieux ». Voici sa courte fable sur le sujet :

« Le Médecin Tant-pis allait voir un maladeQue visitait aussi son confrère Tant-mieux ;Ce dernier espérait, quoique son camaradeSoutînt que le gisant irait voir ses aïeux.Tous deux s’étant trouvés différents pour la cure,Leur malade paya le tribut à Nature,Après qu’en ses conseils Tant-pis eut été cru.Ils triomphaient encor sur cette maladie.L’un disait : il est mort, je l’avais bien prévu.– S’il m’eût cru, disait l’autre, il serait plein de vie. »

Aujourd’hui, désorientés, les Français assistent à la poursuite des échanges entre ces deux-là. Le « médecin Tant-mieux » a pris les traits druidiques et marseillais de Didier Raoult ; le « médecin Tant-Pis » ceux, austères, de Jean-François Delfraissy. Emmanuel Macron écoute l’un et l’autre : Delfraissy dirige le « conseil scientifique » qu’il a mis en place au début de sa « guerre » contre le coronavirus, et le président a rendu visite au second, le qualifiant de « grand scientifique ».

Raoult-Tant-mieux assure que tout va bien, que l’épidémie pourrait très bien « disparaître dans les prochaines semaines », par la grâce d’un phénomène certes « étrange » mais qui est « assez banal dans le champ des maladies respiratoires ». Il pense que le confinement est une politique datant du Moyen-Âge, et qu’un bon traitement comme celui qu’il recommande, combinaison d’hydroxychloroquine et d’azithromycine, serait bien plus efficace pour mater le virus.Qui est Didier Raoult, le médecin qui veut imposer la chloroquine pour combattre le Covid-19 ?

Delfraissy-Tant-Pis met en garde : les anticorps contre le Covid-19 ont une durée de vie plus courte que prévu, les cas de récidives sont plus nombreux qu’on ne le croit. Il douche de paroles glaciales la perspective d’un déconfinement le 11 mai, estimant que 18 millions de personnes au moins devraient rester chez eux : les vieux, les obèses, toutes les personnes à risques. Il met en garde contre « un rebond du virus à l’automne »

Les deux ne se citent jamais directement, sauf par allusion (« Il y a un conflit d’intérêts entre devenir le porte-parole de la stratégie gouvernementale et la présidence du comité d’éthique », torpille Didier Raoult.« Je ne rentrerai pas dans une querelle de personnes. Ce n’est pas de mon niveau », répond Delfraissy), mais ils dominent le versant santé de l’espace médiatique. Et ajoutent, par la polarisation de leurs positions, à la confusion générale sur la stratégie du pouvoir.

Emmanuel Macron avait eu la bonne idée de créer un « conseil scientifique », qui devait dégager en son sein des consensus et produire des messages clairs et lisibles. Didier Raoult en était, mais en en claquant la porte, il a tout fait exploser. Le pouvoir aurait pu chercher à le décrédibiliser, mais il est coincé : auréolé par sa carrière féconde d’infectiologue, Raoult est incontournable dans le débat scientifique. Et puis, pour être controversée, la thérapie qu’il recommande n’en est pas moins prometteuse : quand on dirige un pays, il est difficile d’injurier des pistes d’avenir, surtout si cet avenir est heureux.

Résultat, les Français se retrouvent face à une dissonance radicale qui ne peut qu’alimenter l’anxiété générale. Ils ont de quoi s’interroger : Emmanuel Macron rend visite à Tant-Mieux, mais c’est Tant-Pis qui a officiellement son oreille. Alors qu’il prépare la très délicate opération-déconfinement, qui suit-il ? Nul ne ne sait.

Le conseil scientifique, l’avant-poste de la guerre contre le Covid-19

PS : si jamais l’affaire du coronavirus tourne très mal, nul doute que l’un et l’autre triompheront, comme le décrit bien La Fontaine. L’un dira : il a énormément de morts, je l’avais bien prévu. Si l’on m’eût cru, dira l’autre, ils seraient plein de vie.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire