L’ambassadeur de Chine à Paris convoqué par le Quai d’Orsay pour « certains propos » sur le coronavirus


Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a annoncé avoir convoqué mardi 14 avril l’ambassadeur de Chine en France Lu Shaye pour lui faire part de sa « désapprobation » vis-à-vis de « certains propos récents » critiquant la réponse occidentale à la pandémie de nouveau coronavirus.

Coronavirus : la pandémie a fait au moins 131.639 morts dans le monde

« J’ai fait connaître clairement ma désapprobation de certains propos récents à l’ambassadeur de la République populaire de Chine en France, lors de sa convocation au ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, ce mardi 14 avril au matin », souligne le chef de la diplomatie française dans un communiqué publié mardi soir.

« Certaines prises de position publiques récentes de représentants de l’ambassade de Chine en France ne sont pas conformes à la qualité de la relation bilatérale entre nos deux pays », déplore le ministre, en référence à la campagne décomplexée menée par cette ambassade pour vanter la « victoire » du gouvernement chinois dans sa bataille contre le coronavirus et critiquer la gestion occidentale de cette épidémie.

Une critique des Occidentaux

Dimanche, l’ambassade de Chine en France a publié sur son site un long texte intitulé « Rétablir des faits distordus – Observations d’un diplomate chinois en poste à Paris ».

Surveillance et discipline : la Chine est-elle l’avenir de l’Europe ?

Les Occidentaux y sont notamment accusés de dénigrer injustement la Chine après avoir qualifié la maladie Covid-19 de « grippette » au début de l’épidémie et les Américains sont critiqués pour avoir limogé le commandant d’un de leurs porte-avions qui demandait l’accostage de ses membres d’équipage contaminés.

Le texte accuse aussi – sans fournir de preuves – le personnel soignant français des établissements pour personnes âgées (Ehpad) d’avoir « abandonné leurs postes du jour au lendemain […] laissant mourir leurs pensionnaires de faim et de maladie ».

Dans ce texte, l’ambassade de Chine accuse par ailleurs « les autorités taïwanaises, soutenues par plus de 80 parlementaires français dans une déclaration cosignée », d’avoir insulté le directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) en utilisant « le mot nègre pour s’en prendre à lui ».

Dans une tribune publiée le 31 mars dans « l’Obs », des parlementaires français et taïwanais déplorent que Taïwan soit « toujours et encore exclu » de l’OMS, sans toutefois employer de propos insultant.

L’île de Taïwan, que Pékin considère toujours comme faisant partie du territoire chinois, a été exclue de l’OMS, au sein de laquelle elle bénéficiait d’un statut d’observateur jusqu’en 2016, date de l’arrivée au pouvoir de Tsai Ing-wen qui refuse de reconnaître le principe de l’unité de Taïwan et de la Chine continentale au sein d’un même pays.

« Les polémiques n’ont pas leur place » face au virus

« Le Covid-19 est une pandémie qui touche tous les continents et toutes les sociétés. Face au virus et à ses conséquences sur nos économies, les polémiques n’ont pas leur place et la France œuvre résolument en faveur de l’unité, de la solidarité et de la plus grande coopération internationale », souligne le ministre français des Affaires étrangères dans son communiqué.

« La Chine utilise les masques comme monnaie d’échange et de pression »

La Chine a désormais largement endigué l’épidémie de Covid-19, dont les premiers cas avaient été signalés en décembre sur son territoire.

Le gouvernement chinois a offert ces dernières semaines des masques, des combinaisons de protection ou encore des gants aux pays durement touchés par le Covid-19. Mais certains responsables européens ne cachent plus leur irritation face à Pékin, accusé d’avancer ses pions géopolitiques sous couvert de générosité et de diplomatie sanitaire, tout en cherchant à réécrire l’histoire de la pandémie sur son sol.

A en croire le bilan officiel chinois le nouveau coronavirus a contaminé 82 160 personnes en Chine depuis le début de l’épidémie, et fait 3 341 morts, des chiffres qu’un rapport du renseignement américain accuse Pékin d’avoir volontairement sous-évalués.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire