Le gouvernement envisage maintenant une « extension » du port du masque, annonce Sibeth Ndiaye


Vingt-trois jours après le début du confinement général en France, le gouvernement semble avoir entamé sa conversion au port du masque généralisé. « Nous prendrons des mesures pour l’extension du port du masque pour toute la population dès lors que nous aurons un consensus scientifique », explique la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye sur Franceinfo ce jeudi 9 avril.

Trois scénarios de sortie de crise du Covid, du plus optimiste au plus noir

La secrétaire d’Etat veut toutefois être prudente : « Il faut être très humble. La connaissance scientifique progresse avec l’épidémie. L’Académie de médecine a recommandé le port de masques non-soignants, alternatifs, pour le grand public. Aux Etats-Unis également, cette recommandation a été faite par le CDC, qui suit les questions d’épidémie. Il n’y a pas aujourd’hui de consensus scientifique en la matière », a-t-elle rappelé, expliquant que l’OMS ne recommande pas le port du masque en général.

« Inutiles si l’on n’est pas malade », trop compliqués d’utilisation pour le Français moyen, voire même contre-productifs : depuis le début de l’épidémie de coronavirus en France, plusieurs membres du gouvernement, à l’instar de Sibeth Ndiaye, avaient ouvertement rejeté l’usage du masque chez les non-soignants, pour se protéger du virus et protéger les autres et, à plus large échelle, endiguer l’épidémie. Mais vendredi 3 avril, la volte-face avait débuté avec le directeur général de la santé, Jérôme Salomon : « Si nous avons accès à des masques, nous encourageons effectivement le grand public, s’il le souhaite, à en porter », déclarait-il.

« Pas la solution miracle »

L’éventuel port obligatoire du masque est une « question ouverte » qui dépendra de l’évolution des « recommandations scientifiques », déclarait encore mardi dernier le ministre de la Santé Olivier Véran.

« La question de savoir si, à terme, il faudra proposer, inciter, voire contraindre le port d’un masque en population générale, cette question-là est ouverte, je le dis avec humilité face à une menace épidémique inédite », avait-il répondu lors des questions au gouvernement à l’Assemblée. Une telle obligation, précisait-il, est « portée par l’Académie de Médecine, mais est encore contestée par de nombreux organismes scientifiques internationaux ».

Alors que le débat sur le port du masque s’amplifie dans de nombreux pays occidentaux, le patron de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a répété lundi que les masques seuls ne pouvaient être « la solution miracle » contre la pandémie de Covid-19, et que leur usage généralisé dans la population n’était justifié que si les autres mesures barrière sont impossibles ou difficiles à mettre en place.

Interpellé sur la persistance de la pénurie de masques, Olivier Véran a par ailleurs affirmé que l’Etat avait enregistré « 1,6 milliard (d’unités) de commandes sûres » et que les livraisons se faisaient – « 20 millions de masques la semaine dernière, 25 millions cette semaine » – tout en admettant des difficultés logistiques.

Intermédiaires douteux, détournements, mallettes de cash : « la guerre des masques » est déclarée





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire