L’Académie de médecine prône un déconfinement par région


A quoi pourrait ressembler le futur déconfinement ? L’Académie nationale de médecine se prononce, dans une recommandation reçue ce mardi 7 avril, pour un déconfinement région par région, avec de strictes restrictions sur les déplacements et le maintien de mesures de « distanciation sociale ».

INFO OBS. « Monsieur Déconfinement » perçoit plus de 200 000 euros par an d’argent public

Elle recommande ainsi que « la sortie du confinement soit décidée sur la base de la région et non par classe d’âge [et] que cette sortie ne soit autorisée que dans les régions dans lesquelles une décroissance nette du nombre des patients Covid-19 devant être hospitalisés et un retour des besoins de réanimation à l’état pré-épidémique sont observés ».

Le confinement encore prolongé ?

En France, le confinement général est pour l’instant en vigueur jusqu’au 15 avril, mais devrait être prolongé. Le Premier ministre Edouard Philippe a évoqué différentes possibilités d’une future sortie de la mesure, notamment par région ou tranche d’âge.Par région, par classe d’âge, avec des tests sérologiques… A quoi pourrait ressembler le déconfinement progressif ?

« Nous avons demandé à plusieurs équipes de travailler sur cette question en étudiant l’opportunité, la faisabilité d’un déconfinement qui serait régionalisé, qui serait sujet à une politique de tests, en fonction, qui sait, de classes d’âge », avait déclaré Edouard Philippe devant une mission d’information à l’Assemblée nationale le 1er avril.

Limiter les déplacements entre les régions

Pour l’Académie de médecine, il est souhaitable que les habitants d’une région en déconfinement « ne soient pas autorisés à se rendre dans une région encore en situation de confinement ». Elle prône « le maintien de l’interdiction des rassemblements (sauf cas exceptionnels…), le maintien des mesures barrières sanitaires, mais aussi leur renforcement par le port obligatoire d’un masque grand public anti-projection, fût-il de fabrication artisanale, dans l’espace public ».

Comment les pouvoirs publics préparent (doucement) les Français à porter un masque

L’Académie avait déjà publié vendredi une recommandation spécifique sur ce dernier point, souhaitant que le port d’un masque « grand public » ou « alternatif » aux masques médicaux, en pleine pénurie, soit rendu obligatoire pour les sorties pendant la période de confinement et lors de sa levée, jusqu’à la fin d’une période de quatorze jours sans nouveau cas.

Concernant les tests, l’Académie souhaite que des études de sérologie, qui permettent de dire si quelqu’un a eu le Covid-19, « soient déclenchées au plus vite dans tout le pays sur une base régionale, en vue d’apprécier le risque de survenue d’une deuxième vague épidémique ».

Le Covid-19 dans « l’Obs »

Pour suivre en temps réel l’évolution de la situation et les dernières actualités, mais aussi découvrir nos enquêtes, analyses, reportages et témoignages sur cette pandémie et ses conséquences économiques et politiques, rendez-vous sur notre rubrique dédiée à la crise du coronavirus.

Le confinement dans lequel est plongé la France et de nombreux autres pays est un thème à part entière, avec les problèmes concrets que cela pose, les situations professionnelles, personnelles et familiales que cela engendre. Entre témoignages, interviews et réflexions sur une situation inédite dans notre pays, découvrez notre rubrique sur le confinement.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire