Confinement : arrêtez de nous engueuler !


Personne ne le conteste : il faut se mobiliser, se serrer les coudes (non, pas se serrer les coudes, surtout qu’on tousse dedans) et applaudir nos héros en blouse blanche. Il y aurait beaucoup à dire sur le mot « guerre », qui n’est pas approprié dans cette crise, mais peu importe : tous les Français ont compris les raisons pour lesquelles il a été employé. La crise sanitaire a besoin d’un effort collectif. Chacun doit y participer. Chacun doit faire un effort, des sacrifices. Est-ce une raison pour nous sermonner sans cesse, comme on s’adresserait (et encore, avec le vocabulaire des parents des années 60) à des enfants ?

Le préfet Didier Lallement, qui n’est pas le phare de la finesse, s’en est ainsi pris vendredi 3 avril aux malades – dont certains, l’a-t-il oublié, sont en phase terminale :

« Ceux qui sont aujourd’hui hospitalisés, qu’on trouve dans les réanimations, sont ceux qui au début du confinement ne l’ont pas respecté. Il y a une corrélation très simple ».

Il s’est excusé, mais sa sortie trahit un état d’esprit. Avant lui, bien d’autres responsables ont pointé du doigt des « fautifs ». Des maires ou des policiers ont dénoncé les” récalcitrants” au confinement. Le ministre de la Santé a déploré le spectacle de « parcs pleins de grands-parents avec leurs petits-enfants » et s’est scandalisé d’avoir vu, depuis sa voiture officielle, des gens porter des masques chirurgicaux dans la rue, rendez-vous compte !

Même les confinés sont parfois visés sans ménagement. La palme de l’indécence revient à la porte-parole Sibeth N’Diaye, qui, évoquant les difficultés des agriculteurs à trouver de la main-d’œuvre a lâché avec désinvolture :

« On ne va pas demander aux enseignants, qui ne travaillent pas parce que les écoles sont fermées, de traverser toute la France pour aller ramasser des fraises ».

Savait-elle que la plupart de ces enseignants, pour assurer la continuité pédagogique, pour se coordonner, pour préparer et corriger des exercices à faire à la maison, travaillent en ce moment souvent 50 heures par semaine, souvent avec leurs propres enfants dans les pattes ?

L’urgence de relire Clemenceau

Il y a quelques jours, un internaute a posté un court texte sur les réseaux sociaux : il rappelle que du jour au lendemain, les Français ont cessé de sortir de chez eux avec une discipline que personne n’aurait pu prévoir, qu’ils ont réorganisé leurs vies, inventé de nouvelles façons de travailler. Que beaucoup vivent le confinement dans des conditions terribles, mais s’y plient. Que d’autres renoncent à aller aux funérailles de leurs proches. Il rappelle l’impréparation du gouvernement, le scandale des masques, la pénurie de tests, les messages contradictoires, l’incapacité à déterminer une stratégie internationale commune. Et il supplie donc le gouvernement : “Arrêtez de nous engueuler ».

Où sont les masques ? Le scandale d’une pénurie

Il a raison, ce citoyen. Arrêtez de nous engueuler ! Les Français acceptent dans leur immense majorité la situation actuelle (à 93 % d’entre eux, selon un sondage). Ils sortent avec une attestation dans la poche (la deuxième version, hein, parce que ceux qui utilisent la première se font eux aussi rabrouer.) Ils ont renoncé à leur sécurité économique et sociale pour que soient sauvées quelques dizaines de milliers d’entre eux, dans un élan d’empathie collective qui redonne foi en l’homme.

Il est temps de changer de ton vis-à-vis d’eux. De cesser de les prendre de haut. La verticalité sied peut-être à la guerre (qui est ici métaphorique), pas à l’épidémie (qui est, elle, bien réelle). Contre un virus qui passe d’un corps à un autre, l’approche horizontale fonctionne bien mieux. En Corée du Sud, c’est aussi en s’organisant entre eux, en cartographiant la progression de la maladie, que les citoyens en sont venus à bout.

Voici comment Singapour, Taïwan et la Corée du Sud sont devenus les bons élèves face au Covid-19

Emmanuel Macron, dans son costume de chef des armées antivirus, n’a pas montré le bon exemple. Il a gourmandé « celles et ceux qui voudraient fracturer le pays » au moment où il faut se rassembler. A l’écouter, la critique serait antipatriotique ! De quoi parlait-il ? Des critiques, bien légitimes, concernant l’assèchement financier de l’hôpital public ou de la mauvaise gestion des stocks de masques chirurgicaux ? Après l’économie, faut-il mettre la démocratie dans le coma elle aussi ?

Etat d’urgence sanitaire : « Il faudra ne pas céder à la tentation d’une surveillance généralisée »

Macron, admirateur affiché de Clemenceau et de sa « force d’âme » devrait relire le discours prononcé par le Tigre au Sénat, pendant le terrible été 1917 :

« S’il y a des organisations d’administration, de gouvernement et de guerre, où il y a eu des frictions, des organes qui marchent mal, des coincements, des cris, des révoltes, nous tous, Français qui sommes ici, nous ne devons les passer sous silence ».

A l’époque, c’était pourtant la guerre. Une vraie, avec des dizaines de millions de morts.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire