Agriculture française, chômage partiel, pose de congés, dividendes aux actionnaires… Le « 8h30 politique » de Bruno Le Maire


Le ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire, après le conseil des ministres, le 18 mars 2020. (LUDOVIC MARIN / POOL)

Le ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire était l’invité de franceinfo mardi 24 mars. De nombreuses questions ont été abordées, en cette période de confinement dû à l’épidémie de coronavirus Covid-19.

>> Retrouvez les dernières informations sur le coronavirus dans notre direct

Le ministre a notamment appelé la grande distribution à acheter aux agriculteurs français, il a aussi souhaité la « plus grande modération » par rapport aux versements de dividendes aux actionnaires. Bruno Le Maire a également encouragé les salariés à poser des jours de congés pendant cette période de confinement.

Privilégier les « produits français »

Les marchés sont fermés depuis mardi, même si certains pourront rester ouverts sur décision du préfet. Pour permettre aux Français de faire leurs courses et pour aider les agriculteurs, Bruno Le Maire « appelle tous les grands distributeurs, qui jouent parfaitement le jeu depuis le début de cette crise, à un nouvel effort. Approvisionnez-vous en produits français ».

« La grande distribution a été exemplaire dans cette crise pour garantir la sécurité d’approvisionnement des Français. » Le ministre a confiance : « Je sais qu’elles le feront, elles sont solidaires dans cette crise. »

Dépôt de congés pendant le confinement « préférable »

Les entreprises peuvent demander aux salariés, s’il y a accord d’entreprise, de poser des congés, jusqu’à six jours, pendant cette période de confinement. « C’est préférable pour que notre économie redémarre au lendemain de la crise », a aussi déclaré Bruno Le Maire. En revanche, ce dépôt de congés « ne peut se faire que par accord, a précisé le ministre de l’Économie. Il n’y a pas d’obligation, ce n’est pas le moment de contraindre. J’en appelle aux sens des responsabilités de chacun. On aura besoin de patriotisme économique. »

Des primes vont également être versées aux salariés qui sont présents sur leur lieu de travail, notamment dans la grande distribution. « Nous allons simplifier le dispositif [de la ‘prime Macron’]. Nous suspendrons l’obligation d’avoir un accord d’intéressement pour bénéficier de cette prime défiscalisée et désocialisée jusqu’à 1 000 euros. » Une prime sera enfin versée aux personnels hospitaliers. « Deux milliards d’euros sont spécifiquement prévus », a déclaré Bruno Le Maire.

Report des factures pour les commerçants

Le ministre de l’Économie et des Finances a par ailleurs précisé les démarches à faire pour les commerçants qui doivent maintenir leurs boutiques fermées en raison de l’épidémie de coronavirus. Le principe du « zéro recette, zéro dépense » concerne notamment les factures, les loyers, et l’obtention d’une part du fonds de solidarité.

Pour obtenir un report de la facture d’électricité ou de gaz, qu’elle soit payée en prélèvement automatique ou non, « il faut s’adresser à votre fournisseur d’électricité ou de gaz », a expliqué Bruno Le Maire. Par rapport au report du loyer, « vous vous adressez à votre agence immobilière, votre bailleur » pour le lui demander. « Vous écrivez, vous demandez le report, il doit vous être accordé », a assuré simplement le ministre.

Par ailleurs, les commerces n’ayant pas de recettes ou une forte réduction de leurs recettes peuvent bénéficier du fonds de solidarité à hauteur de 1 500 euros. Pour ce faire, il faut « vous adresser à la DGFIP, la direction générale des finances publiques » près de chez vous et « vous avez droit automatiquement » à cette aide. De plus, les commerces qui sont « dans une situation plus difficile » encore peuvent bénéficier d’une aide de 2 000 euros supplémentaires, à demander au Conseil régional de la région dont dépend le commerce.

Dividendes aux actionnaires et délais de paiement

À propos des actionnaires, le ministre de l’Économie et des Finances, « demande à toutes les entreprises, notamment les plus grandes, de faire preuve de la plus grande modération sur le versement des dividendes ». En cette période de crise, « tout l’argent doit être employé pour faire tourner vos entreprises ».

Un comité de crise sur les délais de paiement a été installé par Bruno Le Maire. « Nous veillerons scrupuleusement et rigoureusement au respect des délais de paiement par les entreprises. Nous avons mis en place une garantie sur les prêts bancaires. Toutes les entreprises, en particulier les plus grandes, qui ne respecteraient pas leurs obligations en termes de délais de paiement n’auront pas accès à cette garantie de l’Etat pour leurs crédits bancaires », a-t-il prévenu. Si une TPE subit des délais de paiement excessifs, elle doit « immédiatement saisir le comité de crise ».

Coût total pour l’État de 45 milliards d’euros, comme « point de départ »

Actuellement, 730 000 salariés sont au chômage partiel, pour un coût total supporté par l’État de 2,2 milliards d’euros, a indiqué par ailleurs Bruno Le Maire. « On a provisionné 8,5 milliards d’euros, mais ce sera davantage. » Le coût des dispositifs mis en place depuis le début de la crise liée au coronavirus est de « 45 milliards d’euros, comme point de départ ».

Chaque semaine de confinement ajoute un coût pour les finances publiques, qui se chiffre en milliards d’euros.

Bruno Le Maire

à franceinfo

La nationalisation fait partie des pistes envisagées pour aider certaines entreprises victimes de la crise. Cette aide sera « une recapitalisation, des prises de participation au capital. La nationalisation est un dernier recours mais nous ne l’excluons pas », a précisé Bruno Le Maire.



FranceTVinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire