« Il faut reporter le second tour, c’est une évidence »



Faut-il maintenir le second tour des élections municipales ? Alors que le premier tour a été marqué ce dimanche par une abstention record de près de 55 % en raison de l’épidémie du coronavirus, les appels des élus se multiplient pour interrompre le processus électoral. Le député LFI François Ruffin en fait partie. Il s’en explique à « l’Obs ».

Les principaux résultats du premier tour des municipales : Philippe en ballottage au Havre, EELV en tête dans plusieurs villes

En fin d’après-midi dimanche, vous avez appelé à reporter le second tour des municipales avant même de connaître les résultats. Pourquoi ?

Oui. Je l’ai fait sans connaître le moindre score du premier tour. La seule chose que je connaissais, c’était l’abstention. Dans une ville comme Amiens, elle va être de 20 points supérieure à celle des dernières élections en 2014. C’est la même chose à Abbeville et ainsi de suite…

Dans ces conditions, je pense à la santé de nos concitoyens et aussi à la santé de la démocratie. Il va être impossible de mener campagne avant le second tour. Il n’y aura pas de meeting, cela va de soi. On ne pourra pas faire de porte-à-porte. Peut-être qu’on ne pourra même pas aller dans les rues pour distribuer des tracts dans les boîtes aux lettres. Et il est évident que cela va entamer la légitimité des maires qui seront issus de ce scrutin et qui devront diriger des villes pendant les six prochaines années.

Je ne suis pas une autorité de santé. En revanche, j’ai ma petite idée sur la manière dont la démocratie doit fonctionner. Et là, nous ne sommes pas dans le fonctionnement normal de la démocratie. En fait, ça va de soi. Je n’ai pas l’impression de prendre une position mais d’énoncer une évidence. On ne peut pas dire aux gens : « Faites tout pour vous confiner, et dans une semaine on recommence. »

Fallait-il reporter le premier tour ?

Je n’en sais rien. Ce n’est pas à moi de me positionner là-dessus. Pour ça, il y a des autorités scientifiques, il y a le président de la République. Ce que je sais, c’est qu’il vaut mieux prendre une décision maintenant plutôt qu’attendre la fin de la semaine. Cette fois, on a la possibilité de l’annoncer avant jeudi. Cette fois, on peut prendre une semaine d’avance, ne plus être dans le coup par coup permanent.

Diriez-vous que le gouvernement navigue à vue ?

On fera le bilan de la gestion de cette crise plus tard. Je ne veux pas aller au-delà de dimanche prochain. N’attendons pas que les candidats envoient leur profession de foi à l’imprimerie, qu’ils commandent des masques pour leurs militants et les envoient faire campagne. Ce soir, il y a une décision à prendre : c’est le report du second tour.
Quant à moi, je vais me conformer aux demandes des autorités sanitaires et du gouvernement. Je garde mes enfants et j’évite les plateaux de télévision, j’essaie de ne pas être un vecteur de transmission du virus.

Propos recueillis par Rémy Dodet





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire