des assesseurs positifs au coronavirus, une semaine après le premier tour


C’était, hélas, prévisible : une semaine après la tenue du premier tour des élections municipales, maintenu dans des conditions controversées, un certain nombre d’élus, assesseurs et présidents de bureaux de vote déclarent être positifs au coronavirus. A Montmagny, dans le Val-d’Oise, trois assesseurs qui ont œuvré au bon déroulement du vote dans trois bureaux différents seraient ainsi contaminés, a fait savoir la mairie. Dans un post Facebook, la ville invite ses administrés s’étant rendus dans les trois bureaux de vote en question à « vérifier régulièrement leur température ».

Coronavirus : Macron annonce le report du second tour des municipales

A Billom, ville de 4 700 habitants dans le Puy-de-Dôme, une élue qui s’était dévouée pour officier comme assesseure a été testée positive au Covid-19 et hospitalisée. « C’est une personne à risque qui a été contaminée. Elle est à l’isolement au CHU Gabriel-Montpied et devrait y rester pendant dix jours. J’ai eu des nouvelles, elle n’a pas trop de fièvre », témoigne, auprès de France 3, le maire de la ville Jean-Michel Charlat.

« Quel responsable nous a fait foncer tête baissée ? »

Lui-même dit avoir ressenti les premiers symptômes, fièvre et toux, mercredi soir et se dit inquiet pour toutes les personnes qu’ils ont croisées dimanche 15 mars. « C’est un bureau de vote et le soir, on s’est tous retrouvés pour les résultats, elle était avec nous. » Par conséquent, la mairie a également appelé, dans un post Facebook, toutes les personnes ayant fréquenté le bureau de vote en question en fin d’après-midi, puis la mairie dans la soirée, à surveiller leur température. Des municipales à la « guerre » : la semaine folle du pouvoir

A Paris, Paul Hatte, qui était président d’un bureau de vote du 17e arrondissement et par ailleurs candidat sur la liste LR, assure lui aussi avoir été diagnostiqué positif au coronavirus. Sur Twitter, il s’insurge : « Pourquoi nous a-t-on fait voter ? Combien de présidents de bureau dans mon cas ? Quel responsable nous a fait foncer tête baissée vers le virus ? »

Lors de son allocution télévisée du jeudi 12 mars, Emmanuel Macron justifiait sa volonté de maintenir les élections municipales : « J’ai interrogé les scientifiques […]. Ils considèrent que rien ne s’oppose à ce que les Français, même les plus vulnérables, se rendent aux urnes », expliquait-il. Le lendemain, au JT de Jean-Pierre Pernaut sur TF1, le Premier ministre Edouard Philippe interdisait les rassemblements de plus de 100 personnes mais défendait lui aussi le maintien du scrutin, assurant : « C’est sans danger. »

Qu’adviendra-t-il des maires élus au premier tour en cas de report des élections municipales ?

Quatre jours plus tard, après un premier tour marqué par une abstention record, le gouvernement décidait finalement de reporter le second tour des élections municipales.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire