les entreprises de plus en plus fragilisées


Un loueur marseillais a dû remiser dans un conteneur son activité. « Ce sont nos vélos prêts pour cette année. C’est un investissement de 25 000 euros qui attendent les clients. On les prépare, mais les clients ne viendront pas pour l’instant », déplore Emmanuel Darley, loueur de vélos chez « Fada Bike« .

Au lieu de 10 000 euros de chiffre d’affaires habituel, le commerçant n’a rien enregistré au mois de mars, ce qui le place dans une situation délicate. « J’essaie de repousser toutes les démarches de paiement auprès des fournisseurs et des banques », explique-t-il. Il a du aussi annuler les trois embauches prévues pour la saison. Entre le remboursement de son crédit et ses frais fixes, il craint pour la survie de son activité. À Marseille (Bouches-du-Rhône), les rues sont vides et le port est quasiment à l’arrêt. Le gouvernement pourrait débloquer 45 milliards d’euros d’aides pour les entreprises en difficulté.

Le

Les autres sujets du



FranceTVinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire