les écolos percent dans les grandes villes et prennent date pour la suite



La promesse est tenue. A l’issue d’un premier tour marqué par une abstention record – entre 53 % et 56 % – liée à l’épidémie du coronavirus, les écologistes ont bien réalisé une percée dans les grandes villes et conforté leur position dominante à gauche depuis les élections européennes de mai 2019. En très bonnes positions à Grenoble, Besançon, Strasbourg, Lyon et Bordeaux, ils dépassent les 20 % et talonnent les socialistes à Lille, Nantes et Rennes. Et s’ils déçoivent à Paris, on ne les attendait pas si haut à Toulouse ni dans une certaine mesure à Marseille.

Abstention, vague verte, LREM à la rue… Les 6 leçons du premier tour

En ce drôle de dimanche soir, il ne se trouvait pourtant aucun cadre écolo pour crier victoire. « Dérisoire », a balayé l’eurodéputé David Cormand. « L’épidémie écrase tout commentaire politique », a estimé le secrétaire national d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV) Julien Bayou. Autour de 20h15, l’eurodéputé Yannick Jadot a même été le premier dirigeant de la soirée à demander au gouvernement de reporter le second tour et appeler à se conformer aux demandes des autorités sanitaires. L’homme for

Pour lire les 75 % restants,
testez l’offre à 1€ sans engagement.