« En période de confinement, il va y avoir des inégalités qui vont se creuser » entre les lycéens, alerte la Fage


La première organisation étudiante en France lance une plateforme pour que les étudiants aident scolairement les lycéens pendant le confinement.

« On sait bien qu’en période de confinement, il va y avoir des inégalités qui vont se creuser » entre les lycéens, a estimé jeudi 18 mars sur franceinfo Orlane François, la présidente de la Fage, première organisation étudiante en France. Elle lance une plateforme pour que les étudiants aident scolairement les lycéens pendant le confinement, notamment pour éviter que les inégalités se creusent entre ceux qui peuvent être accompagnés par leurs parents et ceux qui ne le peuvent pas.

>> Coronavirus : suivez l’évolution de la situation en France et à l’étranger en direct

franceinfo : En quoi consiste cette initiative ?

Orlane François : C’est une initiative qu’on a travaillé avec Article 1, une autre association, qui travaille notamment sur l’orientation et l’aide des lycéens en temps normal. Il a été plus que naturel pour nous de lancer cette plateforme pour que des étudiants qui sont bénévoles accompagnent des lycéens. On sait qu’en période de confinement, il va y avoir des inégalités qui vont se creuser parce qu’on n’a pas tous des personnes qui sont capables de nous accompagner sur nos devoirs, quand on est à la maison. On n’a pas tous accès à un matériel informatique ou à une connexion Internet très puissante. Il faut vraiment créer ces réseaux de solidarité. On s’est concentré sur des lycéens. Il y a d’autres initiatives qui ont vu le jour pour les collégiens. On s’est vraiment concentré sur le public lycéen parce qu’en plus de ça, il y a quand même des échéances qui arrivent à la fin de l’année, techniquement, le baccalauréat, etc. Même si on ne sait pas à l’heure actuelle s’il va être maintenu dans les temps ou pas. Il y a une période de stress qui est d’autant plus importante pour ces jeunes-là qu’il faut accompagner vraiment sur les semaines qui arrivent.

Comment ça fonctionne concrètement ?

Les étudiants qui sont bénévoles s’inscrivent sur des formulaires en ligne. Et puis ensuite, avec des bases de données qu’on a de différent lycéens, qu’on a déjà accompagné dans le cadre de mentorat ou de tutorat, il y a une correspondance qui se fait. On va rentrer en contact avec les rectorats pour pouvoir diffuser plus largement auprès des lycéens qui en auraient le besoin pour agir dans les derniers jours et dans les semaines qui arrivent.

Le renforcement des inégalités, est-ce vraiment ce qui inquiète le plus ?

Oui, ce sont des inquiétudes qu’on a, qui se renforcent. Les inégalités existent en dehors de cette situation de crise, mais là, avec cette situation où on a un enseignement à distance qui va se poursuivre pendant plusieurs semaines, que ce soit au niveau des jeunes collégiens ou bien des lycéens, et même des étudiants, c’est vraiment quelque chose sur lequel on a alerté les ministères. Ne serait-ce que pour les ressources, l’accès à des ressources numériques, parce qu’on n’a pas tous un ordinateur à la maison, quand on est étudiant ou même lycéen. Les régions sont mobilisées, les établissements sont mobilisés, donc on pousse vraiment chacun à se mobiliser là-dessus parce que sinon, on va courir droit dans le mur pour beaucoup de ces jeunes-là. C’est bien pour vraiment casser les inégalités qui pourraient s’aggraver encore dans les mois qui arrivent. C’était vraiment très important pour nous et on a beaucoup d’étudiants qui sont prêts à le faire. Donc, c’était essentiel pour nos organisations de travailler sur ce volet-là.

Vous avez besoin de volontaires, vous appelez les étudiants à se mobiliser ?

Il y a déjà une entraide qui s’est démontrée ces derniers jours qui est assez impressionnante et pour le coup, ça fait du bien, mais je pense que plus on aura de monde qui sera mobilisé sur cette plateforme, plus on pourra également ouvrir le public, qu’on va accompagner. N’hésitez pas à aller sur nos sites internet pour pouvoir vous connecter sur des formulaires de la Fage ou celui d’Article 1. Vous pourrez trouver toutes les informations nécessaires. Mais là, on fait un appel à la solidarité qui est vraiment essentielle. On travaille avec le ministère pour mettre en place d’autres liens de solidarité, notamment pour la garde d’enfants ou intergénérationnels pour aller faire des courses. Ce sont des choses que l’on va développer au fur et à mesure.



francetvinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire