Abstention, vague verte, LREM à la rue… Les 6 leçons du premier tour


Il a donc eu lieu. Alors que samedi soir encore, avant minuit, certains s’attendaient à ce qu’il soit annulé après le message alarmiste du Premier ministre appelant les Français à limiter au maximum leurs déplacements, le premier tour des municipales s’est déroulé ce dimanche 15 mars dans des conditions incroyables. Les résultats tombaient en effet alors qu’on apprenait une nouvelle progression importante de l’épidémie (5 423 contaminés, 127 morts). Que retenir de ce premier tour fou, dont il n’est aujourd’hui pas certain qu’il ne sera pas caduc ? Quelles leçons tirer alors qu’il y a autant d’abstention ?

Les principaux résultats du premier tour des municipales : Philippe en ballottage au Havre, EELV en tête dans plusieurs villes

1. Moins d’un Français sur deux a voté

Certes, tous les Français n’ont pas déserté les urnes, malgré le climat très anxiogène. Mais l’abstention a largement dépassé les 50 % (estimée entre 53,5 % et 56 %), ce qui veut dire que plus d’un Français sur deux n’a pas voté. « Ce niveau de participation n’a rien d’inédit dans notre pays », a déclaré Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur. Mais, par comparaison, l’abstention était de 36,45 % au premier tour des municipales de 2014. Cette abstention massive pose un problème démocratique : elle affaiblit la légitimité des résultats des uns et des autres, même des maires élus dès ce dimanche soir. Pour le constitutionnaliste Dominique Rousseau, interrogé par « l’Obs » dimanche après-midi, un taux de participation faible justifierait le vote d’une loi annulant ce premier tour et reportant les municipales à une date ultérieure, en raison des circonstances exceptionnelles.

« La raison du maintien du premier tour des municipales est purement politique »

2. La polémique : fallait-il maintenir le scrutin ?

Fallait-il maintenir ce scrutin coûte que coûte ? Avait-il encore du sens après l’intervention du Premier ministre ? Samedi soir, plusieurs voix se sont exprimées pour demander le report : les présidents de région Xavier Bertrand, Valérie Pécresse, Renaud Muselier, Hervé Morin, Carole Delga, le président du conseil exécutif de Corse Gilles Simeoni. Il faut dire que l’aggravation de la situation a fait bouger les esprits ces derniers jours. On apprenait d’ailleurs dans la soirée que Christian Jacob, le président des Républicains (LR) opposé au report jeudi dernier, avait été testé positif au coronavirus… Ce dimanche soir, Marine Le Pen n’a pas tardé à rallumer ce débat. « Un jour, le bilan devra être tiré des décisions prises par le président de la République, et de celles pas prises », a dit la patronne du Rassemblement national (RN, ex-Front national), dénonçant « les atermoiements » et demandant la fermeture des frontières avec les pays les plus touchés, ainsi que le confinement de la population. Le chef des députés LR Damien Abad et l’écologiste Yannick Jadot ont également demandé à différer le scrutin.Est-il raisonnable de maintenir les municipales malgré le coronavirus ?

3. Un premier tour caduc ?

Si le second tour était annulé, ce premier tour pourrait bien être caduc… sauf peut-être pour les maires élus dès le premier tour, et ils sont nombreux (à Reims, Cannes, Angers…). « Le second tour n’aura manifestement pas lieu compte tenu de l’aggravation prévisible de l’épidémie », a vite réagi Marine Le Pen, plaidant pour « tenir comme acquises les élections dès le premier tour et reporter les autres élections dans quelques mois ». Auprès de « l’Obs », le député « insoumis » François Ruffin plaide aussi pour le report du second tour, « une évidence ». Edouard Philippe n’a pas tranché la question dès ce dimanche soir, mais le Premier ministre a annoncé qu’il réunirait à nouveau les représentants des forces politiques et le conseil scientifique dès ce lundi. « Nous prendrons les mesures nécessaires », a-t-il dit, ouvrant la voie au report.

Les appels des politiques à reporter le second tour des municipales se multiplient

4. La vague verte

Elle était annoncée, elle a bien eu lieu dans les grandes villes avec quelques belles surprises pour Europe Ecologie-Les Verts (EELV). Elles sont venues de Lyon, où le candidat Grégory Doucet est donné loin devant le candidat LR et le poulain de Gérard Collomb. Elle est venue également de Bordeaux, où l’écolo Pierre Hurmic est au coude à coude avec le maire sortant LR Nicolas Florian, pourtant héritier d’Alain Juppé ! A Marseille, l’écologiste qui menait la liste du Printemps marseillais arrive devant Martine Vassal (LR) à l’échelle de toute la ville (sans compter les près de 10 % des voix du candidat estampillé EELV, Sébastien Barles).

Qui est cet écolo qui crée la surprise à Bordeaux ?

Autres bons résultats pour les écolos : les près de 47 % d’Eric Piolle à Grenoble, la seule grande ville aux mains d’EELV jusqu’ici. A Besançon, la candidate EELV-PS est en tête, comme à Strasbourg où l’écologiste Jeanne Barseghian (27,87 %) devance le premier adjoint sortant Alain Fontanel, passé à LREM (19,86 %). Surprise verte aussi à Toulouse, où l’écolo Antoine Maurice, à la tête de l’Archipel Citoyen (27,5 %), pourrait gagner la ville rose face au maire sortant Jean-Louis Moudenc (36,1 %) grâce au renfort des socialistes et de l’ancien maire Pierre Cohen s’il y avait un second tour. Sans compter les fiefs socialistes (Lille, Rennes notamment) où les écologistes se rapprochent des maires sortantes. Fusionneront-ils au deuxième tour ? Ou se maintiendront-ils pour tenter de gagner de nouvelles villes ?

En revanche, la vague verte n’a pas profité aux écolos à Paris, où la maire de Paris Anne Hidalgo vire largement en tête en captant une partie de l’électorat vert, le candidat EELV David Belliard étant donné à 10,79 %.

A Strasbourg, la favorite écolo sur laquelle veut s’appuyer Jadot

5. Le RN : implantation et déceptions

Il y a de bonnes nouvelles pour le RN qui cachent les mauvaises. Le Rassemblement national est en passe de réaliser son premier objectif pour ces élections municipales : garder les villes que le parti de Marine Le Pen avait remportées en 2014. A Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais, Steeve Briois, fidèle d’entre les fidèles, a été réélu dès le premier tour. Tout comme David Rachline à Fréjus (Var), Julien Sanchez à Beaucaire (Gard), Fabien Engelmann à Hayange (Moselle). Ces victoires-là étaient essentielles pour Marine Le Pen et ses troupes, eux qui scandaient depuis le début de la campagne qu’« essayer les maires RN, c’est les adopter ». Les cadres du Front espéraient même un effet « d’inondation » autour des communes tenues par les maires RN, surtout dans les Hauts-de-France et en Provence-Alpes-Côte-d’Azur.

Le deuxième objectif de Marine Le Pen, c’était évidemment de gagner d’autres villes à l’issue de ces municipales. Et là, les mauvaises nouvelles s’enchaînent. A Denain, dans le Nord, le député Sébastien Chenu y allait pour « gagner », mais la maire PS sortante a été réélue dès le premier tour. A Calais, la liste RN, avec la présence de la sœur de la présidente du RN, Marie-Caroline Le Pen, n’atteint que 17,91 % des voix et n’empêche pas la réélection de la maire sortante. Les cadres du parti commençaient à avoir des sueurs froides à quelques semaines du scrutin en analysant les sondages dans certaines villes visées par le parti d’extrême droite : « Ça va être compliqué. Il va y avoir une forte prime aux maires sortant. » Que dire de Lens, où Marine Le Pen était venue faire un de ses rares meetings de campagne ? Le jeune Bruno Clavet, parachuté par le RN, n’y fait que 22,75 %. A Avignon, où l’ancien ministre de Nicolas Sarkozy, Thierry Mariani, s’était investi pour aider la liste RN, la candidate plafonne à 21,53 %.

Et pourtant, dans les villes ciblées, le terrain paraissait favorable à l’enracinement du RN. Dans la majorité de ces villes, les scores de Marine Le Pen à la présidentielle et aux européennes faisaient rêver les stratèges du parti. Mais, globalement, les scores des listes RN dans le Pas-de-Calais sont clairement décevants pour Marine Le Pen qui avait fait de ce département son fief électoral.

« Si on gagne Perpignan, on pourra dire qu’on a gagné les municipales », expliquait un élu RN. Et c’est bien une des rares nouvelles qui fera sourire Marine Le Pen. Son ex-compagnon, Louis Aliot, arrive en tête avec 35,6 % des voix. L’homme a délaissé la ligne politique nationale du parti pour se construire une image de notable et prôner l’union des droites locales. Pari réussi. Et pourtant, lui-même a concédé la situation critique dans laquelle se sont déroulées ces municipales : « Quand on voit comment ça s’est passé aujourd’hui, je ne vois pas comment on pourrait tenir un second tour. »

Le Rassemblement national peut-il s’enraciner grâce aux municipales ?

6. LREM à la rue

Il s’agit peut-être, avec la poussée écolo, de la seule leçon certaine de cette soirée électorale à nulle autre pareille : la claque reçue par La République en Marche (LREM). « Les municipales ne sont pas l’enjeu principal de notre quinquennat », affirmait récemment un cadre de la majorité. Anticipant une lourde défaite, les chapeaux à plumes de LREM ouvraient chaque jour un peu plus les parachutes, pour atténuer le crash qui se profilait.

La République en Marche avait déjà eu le plus grand mal à présenter des candidats étiquetés LREM, ne présentant sous ses couleurs que 247 listes, moins que le RN (389) et LR (305). Et partout où cela fut finalement le cas, les scores de ses candidats sont cinglants. A Lille, Violette Spillebout est troisième, loin derrière Martine Aubry. A Bordeaux, Thomas Cazenave, troisième également, se fait laminer par le sortant Nicolas Florian et le Vert Pierre Hurmic.

A Lyon, Yann Cucherat, le candidat du marcheur historique Gérard Collomb, est aussi sur la plus petite marche du podium, alors que Marie Guévenoux, coprésidente de la commission d’investiture du parti, disait jeudi attendre « sereinement les résultats lyonnais ». A Paris, Agnès Buzyn ne fait pas mieux, à la traîne derrière Anne Hidalgo et Rachida Dati. Et que dire de Marseille, où le candidat LREM Yvon Berland coule au fond du Vieux-Port en arrivant sixième !

Municipales à Lyon : Doucet (EELV) distance Blanc (LR-UDI) et Cucherat (LREM)

Sans élus sortants, avec de nombreux candidats dissidents, nantie d’une impopularité nationale forgée par les « gilets jaunes » et la réforme des retraites, LREM pressentait un scrutin difficile dans les grandes villes, il est désastreux. Même ses candidats issus de la droite, soutenus à défaut de pouvoir être investis par le parti présidentiel, tels Jean-Luc Moudenc à Toulouse ou Edouard Philippe au Havre, ne le sauvent pas des eaux : les deux devront affronter un second tour beaucoup plus ardu que prévu. Seules exceptions, dans des villes plus modestes : Gérald Darmanin, le ministre de l’Action et des Comtpes publics, réélu au premier tour à Tourcoing (Nord), tout comme la liste sur laquelle figurait son collègue du gouvernement, Sébastien Lecornu, à Vernon (Eure).

Mais quand le salut s’appelle Christian Estrosi, que LREM a soutenu et qui a manqué de peu la réélection dès le premier tour à Nice (avec près de 48 % des voix), il y a du souci à se faire. Nul doute que la ligne politique de plus en plus droitière de la formation macroniste va être très vite remise en cause. « Si vous faites votre travail de journaliste avec la plus grande rigueur, vous direz qu’on a pris une bâche et on le contestera évidemment, mais on saura au fond que vous avez raison », prédisait vendredi un ponte de la macronie. On y est.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire