Test Blu-ray : Countdown


Countdown

 
États-Unis : 2019
Titre original : –
Réalisation : Justin Dec
Scénario : Justin Dec
Acteurs : Elizabeth Lail, Jordan Calloway, Talitha Eliana Bateman
Éditeur : Metropolitan Vidéo
Durée : 1h31
Genre : Fantastique
Date de sortie cinéma : 13 novembre 2019
Date de sortie DVD/BR : 19 mars 2020

 

Voulez-vous savoir combien de temps il vous reste à vivre ? Téléchargez l’appli Countdown ! Lorsque Quinn, une jeune infirmière, télécharge cette application à la mode, elle découvre qu’il ne lui reste que 3 jours à vivre. Elle doit trouver un moyen d’échapper à son sinistre destin avant la fin du compte à rebours…

 


 

Le film

[3,5/5]

Depuis une vingtaine d’années maintenant, Jason Blum et sa boite de prod’ Blumhouse Productions trustent littéralement le créneau des films d’horreur à petit budget dans les salles de cinéma. Comme Roger Corman avant lui, le producteur, malin et opportuniste, a fait le choix de privilégier les films « concept », privilégiant une ambiance oppressante et efficace à l’utilisation à outrance d’effets spéciaux coûteux ou de différents artifices de mise en scène trop chers pour rentabiliser l’investissement. L’impact direct est donc privilégié à toute autre considération, mais une sélection de scripts malins aura permis à Blumhouse de s’offrir très régulièrement d’énormes succès dans les salles obscures, en plus de permettre à une poignée de cinéastes de bénéficier d’une certaine liberté créative, dans les limites bien sûr d’un budget riquiqui. Au fil des années, la « recette » utilisée par Jason Blum a fini par faire des petits, d’autres boites désireuses de croquer leur part du gâteau s’étant également lancé dans l’aventure de l’horreur à petit budget, et parvenant même en quelques occasions à talonner le maître en termes de succès public. Après Escape game en février (156 millions de dollars de recettes, 859.000 entrées en France), Countdown est donc débarqué dans les salles françaises en novembre 2019, réunissant 411.000 amateurs de frissons et générant 39 millions de dollars de recettes à l’international, pour un budget de 6,5 – ce qui devrait logiquement nous assurer la mise en chantier d’une suite d’ici quelques mois. On pense aussi à d’autres films pour le moment non sortis en France, tels que Polaroïd (on te prend en photo, tu meurs) ou The room (une pièce exauce les vœux, mais à quel prix ?).

Le « concept » fort de Countdown est donc très simple : une jeune femme télécharge une application qui affiche un compte à rebours censé s’écouler jusqu’au moment de sa mort. Et alors que tout le monde autour d’elle semble avoir encore de longues années à vivre, elle bien sûr n’a plus que trois jours devant elle. S’ouvrant, comme de tradition dans le genre, sur une scène de prologue exposant le concept – ici avec la mort d’une jeune fille, dans des conditions pour le moins étranges, pile à la seconde où l’appli l’avait prédit – le film écrit et réalisé par Justin Dec (ne cherchez pas, il n’y a pas de jeu de mot, c’est vraiment son nom) ne cherche pas à faire dans l’originalité, mais déroule son récit de façon relativement efficace, développant de plus dans ses deux premiers tiers d’intéressantes visions autour de l’image traditionnelle de la « faucheuse », que n’avait par exemple jamais osé mettre en scène les nombreux films de la saga Destination finale (2000-2011). Car à moins d’être très jeune, il sera bien difficile à la découverte de Countdown de ne pas penser à la franchise créée en 2000 par James Wong, Glen Morgan et Jeffrey Reddick. Le film de Justin Dec y reprend en effet les thématiques du destin, de la mort, et bien sûr l’idée selon laquelle tout est écrit à l’avance et qu’il n’y a aucun moyen d’éviter l’ultime rendez-vous avec la grande faucheuse.

Rythmé, anxiogène, Countdown tient globalement la distance dans le créneau du divertissement horrifique, grâce à sa mise en scène qui distille régulièrement des apparitions de la « Mort » au détour d’un plan ou d’un autre. Le choix des acteurs, qui seront de parfaits inconnus pour la plupart des plus de 20 ans, dénote parfaitement de la « cible » du métrage : Elizabeth Lail était l’héroïne de la série pour ados You sur Netflix, tandis que Jordan Calloway est quant à lui un transfuge des séries Riverdale et Black Lightning. Dans le rôle du vilain médecin/harceleur, on trouve Peter Facinelli, connu des spectatrices de la saga Twilight. Plus intéressants sont les seconds-rôles de Tom Segura et P.J. Byrne, qui incarnent respectivement un vendeur de téléphones / hacker et un curé geek, tous deux ayant la particularité d’être des personnages complètement barrés et fous, qui cassent un peu la monotonie d’un récit par ailleurs un peu trop balisé.

 

 

Le Blu-ray

[4/5]

Countdown débarque donc ce mois-ci sur support Blu-ray sous les couleurs de Metropolitan Vidéo, et l’éditeur profitera de cette édition afin de démontrer à nouveau son solide savoir-faire technique. Côté Blu-ray, la définition et le piqué sont donc d’une précision excellente, les couleurs sont littéralement explosives, et les contrastes aussi francs que soignés. Le niveau de détail est époustouflant, et la jolie photo signée Maxime Alexandre s’en trouve tout simplement magnifiée. La précision de l’ensemble est irréprochable, la gestion des noirs littéralement imparable : on est vraiment en présence d’une galette HD et d’un master d’exception. Côté son, la version originale ainsi que la version française sont proposées dans d’impressionnants mixages DTS-HD Master Audio 5.1, au rendu ample et dynamique, voire même carrément explosif au niveau des basses ; il vous sera absolument impossible de ne pas sursauter aux nombreux « jump-scares » qui émaillent le film.

Au rayon des suppléments, Metropolitan nous propose une généreuse sélection de bandes-annonces de films d’horreur ou de films fantastiques déjà disponibles sous la bannière de l’éditeur au cheval ailé chez tous les meilleurs revendeurs.

 



Critique film

A lire aussi

Laisser un commentaire