dans le Grand Est, « on fait de la médecine de catastrophe »


La France, après l’Espagne et l’Italie, est entrée à son tour ce mardi 17 mars, à midi, en confinement général, et l’Europe ferme ses frontières pour freiner la propagation du coronavirus, qualifiée par l’Organisation mondiale de la santé de « crise sanitaire mondiale majeure de notre époque ».

Ces jours où la France s’est confinée

« Nous sommes en guerre », a martelé Emmanuel Macron en annonçant lundi dans un discours à la nation une batterie de mesures de confinement draconiennes en France. Ainsi, à partir de mardi midi, les Français ne peuvent plus sortir de chez eux ni se réunir sans raison valable et « toute infraction sera sanctionnée », a averti le président.

Les contaminations en France progressent de manière inexorable, avec 148 décès et 6 633 cas confirmés. Les autorités ont déploré l’irresponsabilité des Français qui se sont massés dimanche sur les marchés, dans les parcs et sur les bords de la Seine à Paris pour profiter du beau temps, ignorant les appels officiels à limiter au maximum les contacts humains.

Suivez notre direct

14h10. Dans le Grand Est, « on fait de la médecine de catastrophe »

Dans le Grand Est, « c’est dramatique, on fait de la médecine de catastrophe » : cheffe des urgences à Sarreguemines (Moselle), elle-même contaminée par le coronavirus, Emmanuelle Seris tire la sonnette d’alarme dans la région la plus touchée par l’épidémie où les services de réanimation sont en surchauffe.

« C’est de la médecine de catastrophe pour nous. C’est une pandémie, une catastrophe à l’échelle planétaire », analyse, entre deux quintes de toux, cette urgentiste de 40 ans, jointe par téléphone par l’AFP.

Déléguée de l’Association des médecins urgentistes de France (Amuf) pour le Grand Est, elle décrit des services hospitaliers régionaux, notamment les urgences et les réanimations, « saturés » ou pas loin de l’être.

Région la plus touchée par le Covid-19, le Grand Est compte 1.548 cas, selon les derniers chiffres de l’Agence régionale de santé (ARS). Avec 688 cas et 30 décès, le Haut-Rhin est particulièrement touché par le virus, selon l’ARS.

Les masques pour les soignants manquent et les « stocks de respirateurs » ne sont « pas extensibles » : « l’Italie en a commandé beaucoup, et on est un peu dans l’incertitude… »

Autre problème auquel les services hospitaliers doivent faire face: les personnels soignants eux aussi infectés, à l’image de Emmanuelle Seris, confinée chez elle « depuis trois jours ».

En regardant la télévision, elle dit avoir été littéralement « affolée » ces derniers jours en voyant « les gens se rassembler dans les parcs » ou encore « les scènes d’afflux dans les supermarchés » sans aucune prise de distance entre les individus.

En agissant ainsi, « on prépare les intubés de dans quinze jours », s’alarme-t-elle, estimant que ceux qui agissent ainsi sont « complètement inconscients ».

Elle salue les « mesures drastiques de confinement » annoncées lundi soir par Emmanuel Macron : « C’est la seule solution, on ne s’en sortira pas autrement », estime-t-elle.

14h. L’UEFA a proposé de reporter l’Euro de football à 2021

L’Union européenne de football (UEFA) a proposé de repousser l’Euro de football prévu en juin-juillet à l’été 2021, en raison de la pandémie, a-t-on appris d’une source proche de l’UEFA.

Cette proposition présentée mardi matin lors d’une réunion avec les clubs et les ligues professionnelles doit encore être formellement adoptée par le Comité exécutif de l’instance européenne réuni dans l’après-midi.

13h50. A Paris, dans le 18e arrondissement, la police fait respecter le confinement

Les images sont impressionnantes. On peut y voir des policiers déambuler dans une rue commerçante de la capitale pour faire respecter les mesures de confinement qui ont commencé à midi ce mardi. « Rentrez chez vous ! ». « Pas plus d’un client par magasin ! ». Les ordres sont clairs pour faire appliquer ces consignes nouvelles qui semblent, pour certains, difficiles à mettre en place.

13h35. 2 000 cas supplémentaires et 182 décès en 24 heures en Espagne

Près de 2 000 nouveaux cas de coronavirus ont été notifiés en Espagne et 182 personnes sont mortes de l’épidémie en 24 heures, selon le dernier bilan mardi des autorités. L’Espagne, quatrième pays le plus touché dans le monde, décompte désormais 11 178 cas et 491 morts, a détaillé Fernando Simon, responsable du centre d’alerte sanitaire national.

A noter que le nombre de personnes ayant guéri de la maladie a doublé, passant de 530 à 1 028, selon les chiffres publiés ensuite par le ministère de la Santé.

A elle seule, la région de Madrid, la plus touchée, compte 355 morts, soit 72% du total, et 43% des cas notifiés.

« Nous avons la sensation que la progression quotidienne ralentit un peu », mais il faut être prudent, a poursuivi Fernando Simon. « Cela va durer au moins 10 à 11 jours et nous ne savons pas si ce sera plus long ».

13h30. Deux cas à l’OMS

L’Organisation mondiale de la santé (OMS), vers qui tous les regards sont tournés depuis l’apparition du coronavirus fin décembre en Chine, indique avoir répertorié deux cas au sein de son propre personnel. Les cas ont été confirmés jeudi et vendredi derniers.

13h25. Tom Hanks est sorti de l’hôpital

L’acteur américain avait été diagnostiqué positif au coronavirus la semaine dernière. Il était hospitalisé en Australie. Sa femme, Rita Wilson, reste hospitalisée. La veille, Tom Hanks avait posté sur Twitter un message pour remercier le personnel soignant.

13h15. Les parloirs dans les prisons sont suspendus pour 15 jours

L’accès aux parloirs des prisons françaises pour les familles est suspendu « dans les 15 prochains jours » afin de lutter contre la propagation du coronavirus, annonce la garde des Sceaux Nicole Belloubet dans un message adressé aux agents du ministère de la Justice.

12h30. Ce qu’il faut retenir des annonces du ministre de l’Intérieur

  • 100 000 policiers et gendarmes déployés pour contrôler les déplacements
  • La France a mis en place les mesures de confinement « les plus strictes d’Europe »
  • Les « activités collectives sont interdites »
  • Christophe Castaner demande aux Français d’être des « alliés de guerre »

Par ailleurs, la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, a démenti le recours à l’article 16 de la Constitution, qui confère des pouvoirs exceptionnels au chef de l’Etat. Il n’est « absolument pas envisagée » face à la crise du coronavirus, a-t-elle indiqué. Arme politique massive, l’article 16 de la Constitution n’a été mis en oeuvre qu’une fois en France, lors du putsch des généraux en 1961.

12h. La France confinée

A partir de ce midi, les déplacements sont drastiquement réduits pour les 67 millions de Français, et ce pendant 15 jours.

11h45. Des Parisiens sceptiques face aux mesures de confinement annoncées

11h35. L’Assemblée nationale reprendra jeudi en « format restreint »

Le second tour ayant été repoussé, les travaux parlementaires vont reprendre jeudi en « format restreint ». Les députés – dont une vingtaine est touché par le coronavirus – devront se réunir pour voter une loi pour repousser les élections.

11h20. L’allocution de Macron suivie par 35,3 millions de personnes

C’est un record absolu. L’allocution du président Emmanuel Macron a été suivie par un total de 35,3 millions de téléspectateurs lundi soir sur l’ensemble des chaînes qui la diffusaient (TF1, France 2, France 3, M6, C8, TMC, L’Equipe, BFMTV, LCI, CNews et franceinfo).

Audience record pour l’allocution d’Emmanuel Macron sur le confinement

11h10. Le sanctuaire de Lourdes ferme ses portes « pour la première fois »

C’est une première. Le sanctuaire de Lourdes va fermer ses portes mardi à partir de midi « pour la première fois de son histoire », a indiqué sur Twitter son recteur Mgr Olivier Ribadeau Dumas au moment où la France s’apprête à être confinée à cause de la crise du coronavirus.

11h. Le gouvernement débloque 45 milliards d’euros

Bercy a annoncé 45 milliards d’euros d’aide aux entreprises et salariés. Par ailleurs, le ministre de l’économie a estimé que la croissance française allait sortir détériorée de la crise sanitaire, tablant sur un recul de 1 % du PIB en 2020.

10h45. Que faire en cas de symptômes faisant penser au Covid-19 ?

Tout dépend de la gravité des symptômes. En cas de symptômes légers, il est conseillé de contacter son médecin traitant ou un numéro dédié, et non le 15, réservé aux cas graves et aux détresses respiratoires.

Coronavirus et confinement : que faire en cas de symptômes ?

10h40. La France prête à recourir à des nationalisations

Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, s’est déclaré mardi prêt recourir à « tous les moyens » y compris la nationalisation pour « protéger » les entreprises françaises menacées par la crise du coronavirus. « Je n’hésiterai pas à employer tous les moyens qui sont à ma disposition pour protéger les grandes entreprises françaises », a-t-il affirmé lors d’une conférence de presse téléphonique. « Cela peut passer par de la capitalisation ou une prise de participation. Je peux même employer le terme de nationalisation si nécessaire », a-t-il souligné.

10h. Pour Le Pen, le confinement n’est pas suffisamment « strict »

« J’aurais aimé que ce qu’a réclamé notamment le Conseil scientifique, dont Emmanuel Macron nous a dit qu’il écoutait les consignes, soit respecté », a déclaré sur Radio classique la présidente du Rassemblement national. « Eux souhaitaient un confinement strict. Or nous ne sommes pas aujourd’hui dans le cadre d’un confinement strict. J’espère que les règles aujourd’hui seront suffisantes pour juguler l’épidémie ».

9h30. La fréquence des trains encore réduite pour éviter l’exode 

Le gouvernement va encore réduire la fréquence des trains en France a annoncé le secrétaire d’Etat aux Transports. « Nous allons réduire la cadence et la fréquence des trains, notamment longue distance, pour éviter par ces phénomènes d’exode que le virus circule davantage sur le territoire. Nous appelons chacun à la responsabilité », a déclaré le ministre sur LCI.

9h15. Dans le Haut-Rhin, les capacités de réanimation « saturées »

La préfète du Haut-Rhin tire la sonnette d’alarme ce matin. Les capacités de réanimation des hôpitaux du Haut-Rhin, l’un des principaux foyers épidémiques de coronavirus en France, sont « saturées ». La situation est également critique « dans le Bas-Rhin ».

8h40. La « guerre sanitaire » est aussi une « guerre économique »

La lutte contre le coronavirus est « aussi une guerre économique et financière » qui sera « durable », a jugé le ministre de l’Economie Bruno Le Maire. « Elle sera durable, elle sera violente […] et cette guerre, elle doit mobiliser toutes nos forces », a insisté le ministre au micro de RTL, en annonçant un plan de soutien de 45 milliards d’euros pour les entreprises et les salariés.

8h30. A peine 5 km de bouchons en Île-de-France

Télétravail ou exode obligent, les Franciliens désertent les routes. Seulement cinq kilomètres de bouchons, contre environ 300 km en moyenne, étaient enregistrés mardi autour de 8h30 sur les routes d’Ile-de-France, selon le site d’information routière Sytadin.

8h20. Le confinement va durer au moins 15 jours

Le ministre de la Santé a été clair : la levée du confinement n’interviendra pas avant 15 jours. « C’est ce que les experts en épidémiologie nous disent : 15 jours, c’est le minimum », assure-t-il sur France-Inter. « Si dans 15 jours nous voyons que nous pouvons lever toute ou partie de mesure, nous le ferons », ajoute-t-il, démentant le chiffre de 45 jours, évoqué ça et là sur les réseaux sociaux. « 45 jours de confinement ? Personne ne m’en a parlé ! »

7h45. Pas de PV ce mardi

A partir de midi, toute sortie non justifiée pourra être sanctionnée. Pour autant, les amendes ne devraient pas tomber dans l’immédiat, annonce la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye, qui a expliqué sur France-Info que les forces de l’ordre privilégeriont ce mardi « la pédagogie ». « Il n’y aura pas de PV [ce mardi]. L’amende est de 35 euros, elle montera ensuite dans les prochains jours à 135 euros ».

7h30. « Restez chez vous »

C’est le message qu’a martelé ce matin sur France-Info la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye. « On demande à nos compatriotes restent chez eux et d’avoir le moins de contact possible. »





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire