Est-il raisonnable de maintenir les municipales malgré le coronavirus ?


Les élections municipales peuvent-elles se maintenir dans de telles conditions ? C’est ce que pense, en tout cas, le Premier ministre Edouard Philippe qui s’est exprimé samedi 14 mars, deux jours après l’allocution d’Emmanuel Macron, pour renforcer les mesures restrictives face à l’épidémie de coronavirus. Il a annoncé la fermeture de tous les lieux « non-indispensables » dès ce soir à minuit. En revanche, les élections sont bien maintenues, ou du moins le premier tour. Selon lui, et après avoir consulté différents médecins et épidémiologistes, les élections de ce dimanche peuvent se dérouler sans risque à condition de respecter les distances de sécurité et que les personnes à risque soient prioritaires.

Qu’est-ce que le « stade 3 » de l’épidémie, dans lequel la France a basculé ?

Un proche d’Emmanuel Macron a expliqué au Monde qu’il était impossible de reporter les élections municipales à quelques heures de l’ouverture des bureaux de vote : « On ne peut plus reculer. Les scientifiques nous ont dit qu’elles pourraient se tenir. »

Ce n’est toutefois pas l’avis de tout le monde, loin s’en faut. De nombreux experts et personnalités se sont exprimées rapidement après les annonces d’Edouard Philippe.

Les présidents de région demandent le report des élections

Tous les présidents de région ont demandé dans la soirée de samedi un report des élections.

Le président du Conseil exécutif de Corse était le seul, avant même l’allocution d’Edouard Philippe, à demander officiellement le report des élections municipales :

Les autres ont suivi, avec Valérie Pécresse en queue de peloton…

Carole Delga, présidente de la région Occitanie :

Pour Hervé Morin, président de la Région Normandie qui a parlé au « Point » la situation sanitaire du pays va fausser le scrutin et que le second tour n’est plus organisable.

Même discours chez Xavier Bertrand, président des Hauts-de-France, dans une interview accordée à la Voix du Nord : « Il est incompréhensible de maintenir les élections municipales demain et dimanche prochain. Il faut avant tout protéger nos concitoyens car rien n’est plus important que leur santé. Ils ont besoin que les décisions prises soient cohérentes »

Incompréhension sur le maintien des élections

Un député des Hauts-de-Seine qualifie ce maitien des élections de « téméraire »:

François-Xavier Bellamy, de son côté, trouve le maintien du premier tour « assez incompréhensible » :

Et la pétition demandant le report des municipales s’affole depuis les annonces d’Edouard Philippe, dépassant désormais les 20 000 signatures.

Un collectif de médecin a également lancé un appel sur le site Atlantico. Selon eux:

« Le contrôle des distances entre les personnes est complexe à mettre en œuvre, (…) l’observance de l’hygiène des mains par les votants et membres du bureau de vote, parait illusoire (…) et la désinfection systématique des surfaces est impossible ».

Quant à François Bayrou, président du MoDem et proche d’Emmanuel Macron, il a demandé au chef de l’Etat le report de l’élection face à « l’urgence sanitaire », assure RTL samedi soir.

Les appels à ne pas aller voter

De nombreuses personnes assument désormais qu’ils ne rempliront pas, à contrecoeur, leur obligation citoyenne afin de ne pas favoriser la propagation de l’épidémie. Ou pour exprimer le mécontentement face au maintien des élections :

Sur Twitter, un hashtag a été lancé : #ReportezlesMunicipales.

Les élections pourront-elles se tenir ?

Le second tour pose déjà question. Mais le premier sera-t-il forcément validé ? C’est la question que se posent les constitutionnalistes en cas d’absention massive.

Autre problème soulevé : comment faire s’il manque des assesseurs ?





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire