Edouard Philippe en ballottage au Havre


Jamais sans doute des élections municipales ne se seront tenues dans un contexte si particulier. Alors que de nombreux appels à annuler ou reporter le scrutin se sont fait entendre ces derniers jours, y compris de la part de présidents de région et d’élus de tous bords, le taux d’abstention de ce dimanche tourne autour de 55%, largement supérieur au précédent record pour des municipales en France, 38,7% en 2014.

Le Premier ministre Edouard Philippe, tête de liste LREM au Havre, devance le candidat du Parti communiste avec 43% des voix contre 34%, selon une estimation.

Louis Aliot (RN) arrive en tête à Perpignan avec 36,5% des voix selon une projection Elabe.

A Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais, le maire RN Steeve Briois est réélu dès le premier, annonce son entourage.

EN DIRECT. Municipales 2020 : fermeture des bureaux de vote, abstention record

Les candidats et partis politiques ajustent quasiment heure par heure leur organisation pour les élections municipales en fonction de l’évolution de l’épidémie et des mesures gouvernementales. Le Parti socialiste a annulé le dispositif de soirée électorale qu’il avait prévu, expliquant « respecter les mesures sanitaires mises en place pour enrayer la propagation de la pandémie ».

« La raison du maintien du premier tour des municipales est purement politique »

Le Rassemblement national ne prévoit plus qu’une prise de parole de Marine Le Pen, sans question ou participation en direct aux émissions spéciales. La candidate LR à Paris, Rachida Dati, ne conviera pas les militants à sa déclaration à l’issue du premier tour. Même logique pour la candidate LREM à la mairie de Paris, Agnès Buzyn. Ses équipes de campagne avaient initialement prévu une soirée avec les militants dimanche mais ont annoncé samedi la remplacer par une déclaration uniquement ouverte à la presse.

Est-il raisonnable de maintenir les municipales malgré le coronavirus ?

Plus d’infos à venir





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire