les rassemblements de plus de 100 personnes désormais interdits


Edouard Philippe a annoncé ce vendredi sur TF1 que le gouvernement abaissait à 100 personnes le plafond autorisé pour les rassemblements en France, au lieu de 1 000 précédemment, pour « freiner » la progression du coronavirus.

« Nous allons faire passer cette limite aux rassemblements de 100 personnes. L’idée, c’est de faire en sorte que nous puissions ralentir la progression, la circulation du virus » et cette interdiction s’appliquera sur tout le territoire national et dès maintenant, a expliqué le Premier ministre, au lendemain des annonces d’Emmanuel Macron.

« Cela veut dire des conséquences importantes pour les théâtres, les cinémas… Notre objectif est de protéger la santé des Français mais aussi de préserver la continuité de la vie de la nation », a-t-il poursuivi, écartant une fermeture des transports en commun.

Philippe défend le maintien des élections

L’objectif de l’interview d’Edouard Philippe est bien celui-ci : faire le service après-vente des mesures d’Emmanuel Macron, qui a décidé notamment de maintenir les élections municipales les 15 et 22 mars.

Cette journée où Macron a failli annuler les élections municipales

Un paradoxe ? « Non », assure le Premier ministre. « C’est sans danger. C’est un droit, un devoir citoyen », ajoute-t-il. Et de préciser : « On a posé la question au comité scientifique : y a-t-il un risque ? Ils nous ont dit qu’il n’y a aucune raison scientifique d’annuler les élections […] C’est important pour la vie démocratique. »

« Nous avons la conviction que nous pouvons organiser dans de bonnes conditions le premier et le second tour », a-t-il assuré, sous-entendant ainsi que le second tour ne serait pas reporté.

Examens et concours « devraient être maintenus »

Le Premier ministre a également justifié la mesure de fermeture des écoles à partir de lundi, annoncée par Macron. Mais il est encore trop tôt pour définir une durée. « On maintiendra ces mesures aussi longtemps que nécessaire et le moins longtemps possible […] Il est probable que le premier point de rendez-vous sera les vacances de Pâques », a-t-il répondu. Plus tôt dans la matinée, le ministre de l’Education avait évoqué une durée d’au moins « quinze jours ».

Afin que les personnels soignants des hôpitaux et des cliniques ayant des enfants puissent continuer à travailler, Edouard Philippe a également annoncé la prochaine mise en place de « mécanismes de garde » par l’Etat mais aussi les collectivités locales. « Pour que les soignants puissent être disponibles, il faut pouvoir leur offrir des solutions de garde d’enfants », a -t-il assuré.

Les écoles ferment, les parents s’inquiètent : « Je ne vais pas jouer aux Lego huit heures par jour ! »

Edouard Philippe a aussi donné plus de détails sur les concours et examens : « Pour ceux qui doivent passer des concours, qui sont souvent des adultes ou quasiment et qui sont parfaitement capables de respecter les consignes […], on devrait pouvoir les maintenir. » « Je pense, j’espère, je travaille à ce que nous puissions organiser les examens et les concours dans de bonnes conditions. »

> Plus d’informations dans quelques instants





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire